Législatives : les matchs à suivre à Toulouse et en Haute-Garonne

À dix jours du premier tour des élections législatives 2022, La Tribune propose un décryptage du "troisième tour de l'élection présidentielle", avec un zoom sur les circonscriptions à suivre en Haute-Garonne. Pour la majorité présidentielle, refaire le quasi grand-chelem de 2017 en 2022 s'annonce difficile.

6 mn

Laurence Arribagé (LR), Pierre Baudis (Renaissance), Dominique Faure (Renaissance), François Piquemal (NUPES) et Jacques Rocca (Alliance centriste) feront partie des candidats à suivre dans ces élections législatives en Haute-Garonne.
Laurence Arribagé (LR), Pierre Baudis (Renaissance), Dominique Faure (Renaissance), François Piquemal (NUPES) et Jacques Rocca (Alliance centriste) feront partie des candidats à suivre dans ces élections législatives en Haute-Garonne. (Crédits : Rémi Benoit)

Dans quelques jours, les dimanches 12 et 19 juin, les électeurs sont appelés une nouvelle fois aux urnes. Après l'élection présidentielle du mois d'avril qui a octroyé un second mandat à Emmanuel Macron, place désormais aux élections législatives pour élire les députés de la future Assemblée nationale. L'enjeu pour le président réélu ? Obtenir une majorité avec ses alliés pour gouverner. À gauche, malgré les divisions, on rêve d'une cohabitation avec Jean-Luc Mélenchon comme Premier ministre si la NUPES (LFI-PS-EELV-PC) parvient à obtenir une majorité. Pour Les Républicains, l'enjeu sera d'exister encore dans le futur hémicycle, tandis que le Rassemblement National tentera de renforcer sa présence. À dix jours du premier tour de ces élections législatives, La Tribune propose un décryptage des matchs à suivre à Toulouse et en Haute-Garonne.

1ère circonscription : le fils Baudis face à la NUPES

Dans le nord toulousain, un match intéressant se profile dans la première circonscription de Haute-Garonne, aussi dénommé la circonscription Airbus pour sa localité, elle qui regroupe une partie de Toulouse et les communes de Blagnac et Cornebarrieu notamment. En 2017, c'est le candidat de La République En Marche, Pierre Cabaré qui avait été élu en surfant sur la vague Macron. Seulement, le parti Renaissance (nouveau nom du parti présidentiel) a fait le choix de ne pas reconduire son député sortant. Malgré une contestation de cette décision et un maintien de sa candidature dans un premier temps, Pierre Cabaré a finalement laissé le champ libre à Pierre Baudis, âgé de 34 ans. Ce nom est bien connu à Toulouse puisqu'il est le fils de Dominique Baudis, maire de Toulouse pendant 17 ans et aussi député pendant quatre ans sur cette circonscription. Pour le siège de député, un match semble s'installer avec Hadrien Clouet (30 ans et enseignant), le membre de LFI investit par la NUPES. Pour cause, si Blagnac et Cornebarrieu ont majoritairement voté Emmanuel Macron à l'élection présidentielle, Toulouse a largement mis en tête Jean-Luc Mélenchon. Le duel s'annonce donc serré, sauf si le centriste Jacques Rocca, chef d'entreprise et ancien directeur de la communication d'Airbus, vient jouer les trouble-fête.

2ème circonscription : match retour entre LREM et LFI

Contrairement au cas précédent, Renaissance a fait le choix de confirmer son député sortant dans cette seconde circonscription pour les élections législatives, à savoir Jean-Luc Lagleize (MoDem). Dans ce périmètre qui regroupe 136.000 habitants, entre Pechbonnieu, L'Union, Saint-Jean, Montrabé et des quartiers nord toulousains, il avait été élu en 2017 d'une courte tête (55,49%) face à l'Insoumise Anne Stambach-Terrenoir. Pour l'édition 2022, cette dernière est une nouvelle fois investit par la NUPES et compte bien s'emparer du siège sur cette circonscription qui a voté pour près de 30% en faveur de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de l'élection présidentielle.

3ème circonscription : Arribagé, la revenante ?

Dans ce périmètre, qui inclut le sud-est de Toulouse, des Carmes à Montaudran en passant par le Château de l'Hers, puis s'étend à l'est, presque jusqu'au Tarn, tout est possible. La député sortante de la majorité présidentielle, Corinne Vignon, compte bien conserver son siège. Mais un récent sondage BVA commandé par Les Républicains, l'a place au coude-à-coude avec l'ancienne députée de droite de cette circonscription, Laurence Arribagé, qu'elle avait battu de peu en 2017. Celle qui est aussi adjointe au maire de Toulouse a d'ailleurs désigné le rugbyman du Stade Toulousain Maxime Médard comme suppléant pour profiter sans aucun doute de la notoriété du sportif dans cette bataille politique et récupérer son siège de député. Néanmoins, il n'est pas impossible que ce duel devienne un combat à trois avec la candidate de la NUPES, Agathe Roby, docteure en histoire médiévale à l'issue du premier tour des élections législatives.

4ème circonscription : qui après Nogal ?

Dans cette circonscription du centre-ville de Toulouse, le député sortant Mickaël Nogal a annoncé très tôt ne pas se représenter afin de privilégier une carrière professionnel dans le secteur privé. Par conséquent, Renaissance a fait le choix d'investir celle qui était sa suppléante durant son mandat, Marie-Claire Constans (40 ans). Pour l'aider à conserver ce siège, la Toulousaine pourra bénéficier de la guerre des gauches. François Piquemal, longtemps leader du DAL à Toulouse et figure du mouvement Archipel Citoyen qui a échoué au second des élections municipales à Toulouse, est investit par la NUPES. Seulement, il devra composer avec la concurrence d'une autre candidate de gauche, Fatiha Agag-Boudjahlat, une enseignante et essayiste soutenue par le PRG notamment et anti-insoumise. Ce duel des gauches pourrait donc favoriser Renaissance dans ce territoire.

8ème circonscription : maintenir le bastion de Delga dans le giron socialiste

Dans cette circonscription sur laquelle Carole Delga, la présidente socialiste du conseil régional d'Occitanie, a été un temps députée, avec pour suppléant Joël Aviragnet, rien n'est joué. Aujourd'hui, celui-ci se bat pour sa réélection après un premier mandat plein comme titulaire, sur ce territoire de 281 communes qui englobe notamment le Comminges et incarne la situation des gauches. Investit initialement par la NUPES sur cette circonscription, Joël Aviragnet se retrouve désormais avec une candidature soutenue par LFI et EELV face à lui, Anabelle Fauvernier. La faute, selon des organes dirigeantes de la NUPES à des prises de position pas assez claires sur son soutien ou non à cette alliance des gauches qui doit mener Mélenchon à Matignon. De plus, sa directrice de campagne qui n'est autre que Carole Delga affiche clairement son opposition à la NUPES et la critique ouvertement. De quoi troubler le jeu politique au niveau local, au point de créer une surprise en faveur d'un autre candidat ? Pour mémoire, en 2017, c'est la seule circonscription de Haute-Garonne que La République En Marche n'avait pas réussi à remporter, restant aux mains des socialistes. Tout l'enjeu est donc de maintenir ce bastion à gauche.

10 ème circonscription : Dominique Faure pour un premier mandat à l'Assemblée ?

Pour conserver cette circonscription du député sortant Sébastien Nadot, le parti Renaissance (majorité présidentielle) a désigné Dominique Faure, maire de Saint-Orens et 1ère vice-présidente de Toulouse Métropole en charge des questions économiques notamment. Désormais, l'enjeu pour cette élue locale est d'étendre sa notoriété au-delà de sa commune sur cette circonscription de 112 000 habitants qui englobe à la fois milieu urbain et milieu rural dont le Lauragais. Son objectif ? Obtenir son premier siège de député, après deux échecs en 2012 et 2017. L'une de ses principales adversaires ? Alice Assier, investit par la NUPES. Un temps gênée par la candidature d'un proche de Delga, celui-ci s'est retiré pour ne pas disperser les voies de la gauche. Suffisant pour faire barrage à la maire de Saint-Orens ?

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.