Le périphérique toulousain en partie rallumé

 |   |  640  mots
8 millions d'euros apportés par l'État vont permettre de rénover l'éclairage du périphérique.
8 millions d'euros apportés par l'État vont permettre de rénover l'éclairage du périphérique. (Crédits : Remi Benoit)
Depuis plusieurs mois, la majorité du périphérique toulousain est plongée dans le noir. Par conséquent, la question de l’entretien de l’éclairage s’est posée et a fait l’objet d’une concertation entre les services de l’État et la Ville de Toulouse. Des discussions qui ont débouché sur un schéma directeur de l’éclairage pour le périphérique, pour lequel 8 millions d’euros seront investis. Seulement, il ne sera pas rallumé en totalité. Explications.

Au fil des mois voire des années, les Toulousains ont pu remarquer que "leur" périphérique était de plus en plus plongé dans le noir en raison de l'absence d'éclairage opérationnel. "Les usagers nous ont adressé plusieurs courriers sur cette situation et ses limites", admet même Émilion Esnault, adjoint au maire de Toulouse en charge de l'éclairage public. La raison de cette plongée dans le noir ? La dégradation de l'éclairage existant, le vol de câbles et l'obsolescence des infrastructures qui engendrent cette extinction progressive et subie.

"Au terme d'un long travail de concertation et d'échanges entre les services de l'État et ceux de la Ville de Toulouse, nous sommes parvenus à un protocole d'accord en ce qui concerne l'éclairage du périphérique toulousain. Une délibération pour valider celui-ci sera voté au prochain conseil municipal de la Ville vendredi 19 octobre", explique Emilion Esnault.

Jusqu'à présent, c'est une convention entre la Ville et l'État datant de 1994 qui encadre la gestion de l'éclairage sur l'infrastructure routière. Mais l'ampleur des travaux à réaliser pour remettre en état de marche les équipements dépassait largement la mission du simple entretien courant à la charge de la mairie.

Des conséquences sur la signalétique

En effet, c'est une enveloppe de 8 millions d'euros qui a été débloquée par l'État pour réaliser la totalité des travaux. Ce nouveau schéma directeur de l'éclairage du périphérique va être mis en place avec 4 priorités majeures.

"Nous allons maintenir éclairés ou ré-éclairer les nœuds ou bifurcations autoroutières ; créer sur les bretelles d'accès au périphérique un éclairage permettant d'assurer une transition avec le réseau urbain éclairé ; ré-éclairer voire développer l'éclairage dans les zones pour lesquelles l'éclairage du périphérique ne participera plus à l'éclairage de ces zones voisines et enfin, nous allons arrêter l'éclairage sur les zones non sensibles", détaille Marc Zarrouati, le secrétaire général adjoint aux affaires régionales à Toulouse, l'antenne de Matignon en Occitanie.

Cette modification dans l'éclairage a d'autres conséquences. "Le périphérique a été prévu pour être éclairé, par conséquent ces changements ont des incidences sur la signalétique", explique Hubert Ferry-Wilzek, le directeur interdépartemental des routes du sud-ouest. Ainsi, des travaux ont déjà été entamés sur la peinture et sur les panneaux pour les rendre compatibles avec l'absence d'éclairage.

Une vingtaine de kilomètres concernée

Dans sa totalité, ce programme de travaux va concerner l'ensemble des 15 diffuseurs urbains, soit 67 bretelles de diffuseur, et 7 nœuds entre voies rapides, ce qui représentent 31 branches de nœud. Pour les bretelles dont le cas est jugé simple, les travaux seront réalisés entre la fin d'année 2018 et la fin du premier semestre 2019. Pour celles nécessitant des études plus approfondies, les aménagements seront effectués entre le second trimestre 2019 et la mi 2020.

Au total, ce n'est pas moins d'une vingtaine de kilomètres du périphérique qui est concernée par ces futurs travaux sur les 34 que compte l'infrastructure qui accueille chaque jour 400 000 automobilistes. Cette vingtaine de kilomètres représente les installations qui appartiennent à l'État et qui sont gérées au quotidien par la direction interdépartementale des routes du Sud-Ouest (A620, ouest du périphérique, A621 accès à l'aéroport et A624 vers Auch).

Le reste du périphérique fait l'objet d'une concession à Vinci (l'est du périphérique notamment). Par conséquent, des discussions sont actuellement en cours entre le groupe et les services de l'État pour adopter un plan similaire sur l'autre partie du périphérique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :