Que vient faire Édouard Philippe à Toulouse pendant trois jours ?

 |   |  869  mots
Après Cahors au mois de décembre, Édouard Philippe est attendu pour un déplacement de trois jours à Toulouse.
Après Cahors au mois de décembre, Édouard Philippe est attendu pour un déplacement de trois jours à Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)
Une nouvelle fois, le Premier ministre Édouard Philippe délocalise son cabinet en province. Cette fois-ci, il sera présent du 6 au 8 juin à Toulouse, accompagné par des principaux ministres du gouvernement. Politique de la ville, finances locales, santé, éducation, emploi et sécurité seront les grands thèmes abordés.

Jamais deux sans trois. Après la délocalisation dans le Lot en décembre 2017 et dans le Cher en mai dernier, le Premier ministre, Édouard Philippe, délocalise son cabinet en Haute-Garonne pendant trois jours, du mercredi 6 au vendredi 8 juin. Après le Conseil des ministres et la séance de questions à l'Assemblée nationale, le chef de la majorité s'envolera pour la Ville rose. Il est attendu aux alentours de 19 heures mercredi au Capitole pour un "accueil républicain" en présence du président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc.

Lire aussi : Dans le Lot, le Premier ministre jongle entre annonces et négociations pour les finances locales

Les deux hommes s'apprécient, échangent régulièrement et entretiennent une relation de proximité. Et pour cause, avant d'être nommé à Matignon par Emmanuel Macron après son élection à la présidence de la République en mai 2017, Edouard Philippe était le maire du Havre encarté Les Républicains, tout comme le maire de Toulouse. Poussé vers la sortie de son propre parti après sa nomination par le leader de la République en Marche (LREM), cet épisode n'a en rien changé la relation entre les deux hommes politiques. D'ailleurs, le délégué général de LREM, Christophe Castaner, n'a pas caché son intention ces derniers jours que son parti soutienne Jean-Luc Moudenc aux élections municipales de 2020.

Pour illustrer une nouvelle fois leur complicité politique, le Premier ministre et le maire de Toulouse se rendront ensemble dans la matinée du jeudi 7 juin dans le quartier toulousain du Mirail récemment secoué par des violences urbaines. Le chef du gouvernement a prévu d'y présenter le programme de rénovation urbaine de ce quartier. Ce sera également l'occasion sans doute de revenir sur les premières mesures du gouvernement en faveur des banlieues comme la police du quotidien, la mise en place de stages en entreprise pour les élèves de 3ème issus de ces quartiers défavorisés ou encore le dédoublement des classes de CP.

Un jeudi explosif

Le début d'après-midi sera quant à lui consacré à la signature du contrat de maîtrise de la dépense locale entre l'État et Toulouse Métropole. Pour rappel, ce contrat passé avec l'État engage les collectivités locales à limiter la hausse de leurs dépenses de fonctionnement en échange de bonus dans les subventions. En clair, l'objectif est une hausse de 1,2 % des dépenses de fonctionnement par an, en moyenne, sur trois ans. Un pacte que refuse de signer la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, et qui s'expose donc à des sanctions financières. Pour signer ce contrat, les équipes de Matignon ont choisi la commune de Mondouzil et son hôtel de ville. Et ce n'est pas un hasard. En effet, ce village de 236 habitants, est la plus petite commune dans le périmètre de Toulouse Métropole.

Lire aussi : Contractualisation budgétaire : plusieurs collectivités disent non !

S'en suivra une visite très attendue à l'Ehpad la Bastide situé dans la commune de Beauchalot (31), au Sud-Est de Toulouse en présence du Premier ministre et de la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn. Pour quelle raison ? Il y a quelques semaines, des mouvements sociaux (manifestations et grèves) ont été suivis par des dizaines de milliers d'employés. Les grévistes dénonçaient leurs mauvaises conditions de travail et notamment le manque criant de personnel. Ce rendez-vous sera l'occasion pour la ministre de communiquer sur la feuille de route en faveur des Ehpad, présentée mercredi 30 mai et qui contient une quinzaine de mesures.

Un vendredi consacré à l'emploi

Le lendemain, vendredi 8 juin, dès 8h45, Édouard Philippe, Muriel Pénicaud, ministre du Travail et Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées, se rendront sur le site de l'entreprise de l'aéronautique Safran Nacelles à Colomiers, dans la périphérie toulousaine. Cette visite de l'entreprise portera sur le thème de l'handicap et de l'emploi.

Lire aussi : Emploi des personnes handicapées : les entreprises vont être mieux accompagnées

En milieu de journée, l'occupant de Matignon sera reçu avec Muriel Pénicaud par la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, pour un entretien. Un moment où il est prévu d'aborder la réforme de l'apprentissage tant décriée par l'élue régionale et certainement la LGV Bordeaux-Toulouse. À l'hôtel de Région, le chef du gouvernement signera également un Plan d'Investissement dans les Compétences (PIC). Cet engagement, à hauteur de 15 milliards d'euros au niveau national, doit permettre dans chaque région de proposer des formations qualifiantes aux demandeurs d'emploi.

En début d'après-midi, accompagnée de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, Édouard Philippe se rendra au centre de détention de Muret pour évoquer la réinsertion par l'emploi. Pour clore son déplacement, le Premier ministre se rendra à la préfecture de Région, à Toulouse, aux alentours de 16 heures afin de faire un point sur la lutte contre la radicalisation.

Lire aussi : La prison de Seysses accueille un forum de l'emploi

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :