À Toulouse, le Premier ministre du Québec signe une multitude d'accords

 |   |  705  mots
Carole Delga et le Premier ministre québécois le 6 mars à Toulouse.
Carole Delga et le Premier ministre québécois le 6 mars à Toulouse. (Crédits : Région Occitanie)
Au lendemain de sa rencontre avec Emmanuel Macron, le Premier ministre québécois, Philippe Couillard s'est rendu à Toulouse le 6 mars avec un programme chargé. Il a enchaîné visites, entretiens et rendez-vous avant d'être reçu par la présidente de Région Carole Delga, pour clore les rencontres économiques entre l'Occitanie et le Québec.

Le discours de Charles De Gaulle sur l'indépendance du Québec en 1967 a marqué un tournant dans les liens entre Montréal et Paris. Depuis, cette relation est devenue importante, privilégiée. C'est en résumé ce que le Premier ministre québécois a rappelé en fin de journée le 6 mars alors qu'il terminait une visite toulousaine marathon à l'hôtel de Région en compagnie de la présidente Carole Delga. Dans ce contexte, Philippe Couillard a rappelé que si sa visite en France était évidente : "Je dois le confesser, j'aurai dû venir bien avant ".

Toulouse - Québec, des liens forts

Les partenariats entre Toulouse et le Québec se multiplient pourtant. Philippe Couillard l'a rappelé 17 entreprises québécoises sont implantées à Toulouse. Ces dernières représentent plus de 1 200 emplois dans les domaines tels que le numérique, l'aéronautique, ainsi que la santé et le cosmétique. Par ailleurs, certaines sociétés françaises, comme Safran ou Pierre Fabre, ont développé certaines de leurs activités Outre-Atlantique.

L'enseignement supérieur est également concerné par cette collaboration. Les universités de Toulouse et de Montpellier sont déjà impliquées dans les programmes des universités du Québec. Dans le domaine des technologies digitales, une vingtaine de représentants de la French Tech toulousaine se sont rendus à Québec, lors de la semaine du numérique.

 De nouvelles ententes signées

 Plus tôt dans la journée, Philippe Couillard le Premier ministre s'est rendu sur le site d'Airbus, cinq mois après qu'Airbus ait annoncé son rapprochement avec le constructeur canadien Bombardier. Il a visité les chaînes d'assemblage de l'A380 puis il s'est entretenu avec Tom Enders, le président d'Airbus. Il a été accompagné de Delphine Gény-Stephann, la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances. L'aéronautique, un secteur économique qui lie le Québec à l'Occitanie : plusieurs contrats importants ont déjà été remportés par Figeac Aéro et Latécoère auprès de Bombardier. Fort de ce succès, Philippe Couillard souhaite donner plus d'énergie à cette collaboration au cours des prochaines années.

Il a ensuite rencontré Jean-Luc Moudenc, le président de Toulouse Métropole lors de sa visite de l'IRT Saint-Éxupéry qui vient de s'installer dans le B612, bâtiment totem de la recherche et de l'innovation aéronautique. Ici une entente de partenariat a été nouée entre l'Institut de valorisation des données (IVADO) et le Laboratoire d'analyse et d'architecture des systèmes du CNRS (LAAS) visant à promouvoir et à faciliter l'échange collaboratif de données scientifiques pour l'élaboration de projets dans des domaines comme l'apprentissage automatique, la recherche opérationnelle, la robotique, le contrôle automatique.

jean luc moudenc quebec

(Crédit : IRT Saint-Exupéry).

Par ailleurs, il a été convenu que l'IRT Saint Exupéry et son cousin québécois CRIAQ s'associeraient pour mener des projets de recherche fondamentale et appliquée et pour développer de nouvelles technologies dans les domaines liés à l'aérospatial. Enfin, un accord entre Aéro Montréal et le pôle Aerospace Valley renforce la collaboration actuelle afin de fournir de nouvelles occasions d'affaires à leurs membres respectifs.

Philippe Couillard s'est ensuite rendu à l'IOT Valley, où une collaboration entre la Grappe industrielle des véhicules électriques et intelligents du Québec (GIVEI) et la grappe Automotech a été conclue. Les accords se sont conclus avec la coopération entre Techno Montréal, Digital Place et CGI Grand Sud, visant à favoriser la consultation sur les questions d'intérêt mutuel et ce, dans l'atteinte de leurs objectifs communs.

"Les ententes que nous avons signées, je l'espère, mettrons nos jeunes entrepreneurs en contact", confie le Premier ministre. Si de beaux contacts existent déjà entre les entreprises toulousaines et québécoises dans l'aéronautique et le numérique, Philippe Couillard espère en développer davantage, dans le milieu de la santé et le milieu académique. "Car la société civile bâtit les ponts entre les communautés, entre les régions, les états et donc entre les nations", a-t-il indiqué.

quebec

(Crédit : Anne Aguer).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :