L'Europe investit 500 euros par habitant en Occitanie

 |   |  600  mots
Le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, à la Fiscalité et à l’Union douanière, Pierre Moscovici, est en visite dans la Région Occitanie lundi 26 et mardi 27 février.
Le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, à la Fiscalité et à l’Union douanière, Pierre Moscovici, est en visite dans la Région Occitanie lundi 26 et mardi 27 février. (Crédits : Rémi Benoit)
Afin de démontrer le soutien de l’Europe à la Région Occitanie, le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, à la Fiscalité et à l’Union douanière, Pierre Moscovici, était en visite à Toulouse lundi 26 février. Grâce à divers projets régionaux, l'Occitanie recevra un total d’environ trois milliards d’euros provenant de fonds structurels européens sur la période 2014-2020. Les accords Foster, signés lors de la visite, en sont un parfait exemple.

"Un commissaire européen n'est pas un bureaucrate, notre place est sur le terrain", lance Pierre Moscovici pour justifier sa visite à Toulouse, lundi 26 février, reçu à l'Hôtel de Région par la présidente d'Occitanie, Carole Delga. L'ancien ministre de l'Économie et des Finances sous la présidence Hollande, aujourd'hui commissaire européen aux Affaires économiques et financières, à la Fiscalité et à l'Union douanière depuis novembre 2014, a entamé ainsi sa septième visite de Région depuis 2016.

Après une première journée à Toulouse, où il s'est notamment rendu au CEA Tech et à l'IoT Valley de Labège, le responsable de la fiscalité européenne sera à Montpellier mardi 27 février pour poursuivre son escapade en Occitanie. "C'est ma plus longue visite de Région", commente Pierre Moscovici. L'objectif de celle-ci est de montrer comment l'Union Européenne soutient au quotidien, dans son développement, la Région Occitanie.

"Nous voulons faire de notre Région un fer de lance, un témoin, de tout ce que l'Europe peut apporter à notre population. Nous voulons plus d'Europe et donc mieux d'Europe. Une Europe meilleure passe par des moyens financiers plus importants", a martelé Carole Delga, rappelant qu'elle est une "européenne convaincue".

L'Europe apporte plusieurs milliards d'euros à l'Occitanie

Signe de cet engagement européen assumé, Carole Delga a inauguré en mai 2017, à Bruxelles, la Maison de la Région Occitanie. Composée d'une équipe de neuf personnes, cette structure a pour mission de représenter le territoire régional et de défendre ses intérêts auprès des instances européennes basées dans la capitale belge.

"Carole Delga est une élue qui a compris les enjeux de l'Europe, notamment avec l'implantation de cette ambassade régionale à quelques pas de la Commission Européenne. L'Europe créé des emplois et améliore le quotidien de ses habitants. La Région Occitanie, c'est 2,9 milliards d'euros de fonds structurels européens sur la période 2014-2020, soit 500 euros par habitant. Il faut ajouter à cela les 3,5 milliards d'euros reçus par la Région au nom du plan Juncker, un plan d'investissement à l'échelle européenne", détaille le commissaire européen.

Ces apports financiers font de la Région Occitanie la seconde région française en terme de volume qui bénéficie de ces fonds structurels européens (FEDER, FSE et FEADER, ndlr).

Les accords Foster, une première en Europe

Visite de Pierre Moscovici à Toulouse février 2018

Les nouveaux accords Foster, financés en partie par l'Europe, ont été signés à l'Hôtel de Région lundi 26 février. / Rémi Benoit

Financés à hauteur de 82,5 millions d'euros sur un budget total de 143 millions d'euros, les accords Foster sont l'une des nombreuses illustrations de la coopération Europe-Occitanie. Signés lundi 26 février avec des partenaires bancaires, le but de ce dispositif est de simplifier l'accès au financement pour certaines entreprises régionales.

"Les accords Foster doivent permettre de faire face aux besoins de financement des PME, TPE et exploitations agricoles et forestières de notre Région. C'est le premier fonds européen dédié à ces entreprises qui, à terme, doit bénéficier à 6 000 entreprises pour un effet de levier de 1 milliard d'euros", se réjouit Carole Delga.

Cet outil doit pouvoir décupler l'investissement de ces structures en permettant des prêts aux entreprises innovantes, en apportant des garanties d'emprunts bancaires pour les sociétés concernées et en offrant des dispositifs de renforcement en fonds propres. Depuis le lancement de ce dispositif Foster en février 2017, au 31 janvier 2018, 527 entreprises ont déjà pu bénéficier de ces mesures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :