Emploi des personnes handicapées : les entreprises vont être mieux accompagnées

 |   |  600  mots
Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées (au premier plan à droite), en visite à l'usine Saint-Eloi d'Airbus, à Toulouse, mardi 12 décembre 2017.
Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées (au premier plan à droite), en visite à l'usine Saint-Eloi d'Airbus, à Toulouse, mardi 12 décembre 2017. (Crédits : DR Gabriel Kenedi)
La secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre en charge des personnes handicapées, Sophie Cluzel, a effectué une visite de terrain à Toulouse, mardi 12 décembre 2017, sur le thème de l’emploi. Dans une usine d’Airbus, elle a rencontré les salariés de DSI, une entreprise adaptée qui emploie 80% de travailleurs handicapés. Sophie Cluzel a par ailleurs annoncé la fusion des organismes de suivi des travailleurs handicapés Cap Emploi et Sameth.

"Je suis là pour voir ce qui marche, pour pouvoir le porter et l'essaimer". A Toulouse, Sophie Cluzel s'est rendue dans l'usine Saint-Eloi d'Airbus, qui fabrique des mâts-réacteurs, pour rencontrer les salariés de DSI, sous-traitant du géant de l'aéronautique qui emploie 80% de travailleurs handicapés. Alors qu'ils n'étaient que trois travailleurs handicapés sur l'usine en 1997, ils sont désormais 99. Une vraie réussite, due notamment à la politique volontariste d'Airbus qui emploie plus de 6% de personnes en situation de handicap sur ses sites français.

 Chômage record pour les personnes handicapées

De son côté, DSI emploie aujourd'hui 800 personnes et 92% de ses salariés sont en CDI. "Airbus représente 20% de notre chiffre d'affaires. On propose 120 métiers qui nous permettent d'accueillir tout type de handicap. Nous sommes leader sur la formation, la montée en compétence et l'accompagnement personnalisé des travailleurs handicapés", détaille Jean-Louis Ribes, gérant et fondateur de DSI.

"Une entreprise comme DSI crée beaucoup d'emplois. On peut dupliquer notre modèle sur d'autres territoires mais il faut qu'il y ait une volonté forte de l'Etat", souligne le gérant de DSI, qui estime qu'il y'a urgence à agir. Le taux de chômage des travailleurs handicapés frôle en effet les 20%.

"Il y a aujourd'hui 500 000 personnes handicapées au chômage. Il y en avait 220 000 en 2008... On n'a jamais vu ça ! Il y a très peu d'entreprises adaptées en France : on représente seulement 35 000 contrats de travail, c'est très peu ! ", alerte Jean-Louis Ribes.

 Les entreprises davantage accompagnées ?

Un message, semble-t-il, entendu par la Secrétaire d'Etat, qui a rappelé qu'Emmanuel Macron a fait du handicap une priorité du quinquennat. "Les personnes handicapées ont des talents, ont des capacités mais il faut les aider à monter en qualification", estime Sophie Cluzel, qui précise que des mesures sur l'insertion professionnelle des personnes handicapées seront annoncées à la fin du printemps 2018.

Une mission sur l'emploi des personnes handicapées a notamment été confiée à l'ex-sénatrice socialiste Dominique Gillot, dont les conclusions seront dévoilées au printemps, tandis qu'une conférence nationale sur le handicap est prévue en mai 2018.

"L'axe majeur de ma politique sur le handicap, c'est l'accompagnement des entreprises. 30 ans après la loi de 1987, qui fixait un quota d'obligation d'emploi à 6%, on est à 3,5%. Il faut inciter davantage les entreprises à embaucher des personnes handicapées et surtout développer l'accompagnement", indique la Secrétaire d'Etat.

Une fusion de CAP Emploi et de Sameth annoncée

A Toulouse, Sophie Cluzel a estimé nécessaire de "rendre plus lisible" les dispositifs existants, destinés aux personnes handicapées mais également aux entreprises, qui ignorent parfois les aides et les aménagements dont elles peuvent bénéficier lorsqu'elles embauchent une personne en situation de handicap. Sophie Cluzel, qui espère pouvoir présenter des mesures de simplification pour les entreprises au printemps 2018, a notamment annoncé la fusion prochaine des organismes de suivi des travailleurs handicapés Cap Emploi et Sameth.

"Cela permettra aux entreprises de n'avoir qu'un interlocuteur", a précisé la Secrétaire d'Etat.

Autre piste envisagée, le développement de l'apprentissage pour les personnes handicapées : "Aujourd'hui, seuls 1% des jeunes en situation de handicap sont en apprentissage. Or on sait que 70% des contrats d'apprentissage vont vers des emplois durables". Et la secrétaire d'Etat veut également développer la formation professionnelle. "Les personnes handicapées sont en moyenne deux fois moins qualifiées que les personnes valides. Il faut que cela change ! ", a conclu Sophie Cluzel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :