LGV à Toulouse : les élus locaux adressent un nouveau courrier à la ministre des Transports

 |   |  293  mots
Elisabeth Borne, ministre des Transports lors de sa visite à Toulouse le 10 novembre en réunion avec les élus locaux au sujet de la LGV.
Elisabeth Borne, ministre des Transports lors de sa visite à Toulouse le 10 novembre en réunion avec les élus locaux au sujet de la LGV. (Crédits : Priscille Lacombe)
Alors que l'Usine nouvelle affirmait cette semaine que le projet LGV Bordeaux-Toulouse était abandonné, les élus locaux ont adressé une nouvelle fois au courrier à Élisabeth Borne, la ministre des Transports. Courrier dans lequel ils réaffirment leur volonté commune de voir avancer rapidement le dossier de la LGV.

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne et Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole ont adressé un courrier à la ministre des Transports dans lequel ils redisent d'une même voix leur détermination à faire avancer le dossier de la LGV entre Bordeaux et Toulouse.

Ils réaffirment leur attente d'une "décision assise sur un plan de financement solide et réaliste" d'ici le début de l'année 2018 qui prenne en compte les propositions de financement innovant formulées lors d'une précédente rencontre, ainsi que d'un calendrier de réalisation.

Les trois collectivités rappellent également qu'elles considèrent le Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO) comme une "opération unique" dont les composantes ne sont pas "sécables" et qu'en conséquence, elles ne reconnaîtront qu'un montage financier et un calendrier "élaborés d'emblée sur la totalité du parcours Toulouse - Bordeaux".

Ce lundi 4 décembre, l'Usine nouvelle affirmait sur son site internet que "selon une source bien informée", le Conseil d'orientation des infrastructures, chargé de rendre un avis consultatif sur le projet de LGV entre Bordeaux et Toulouse, "serait favorable à un aménagement de la ligne existante qui permettrait de gagner environ 30 minutes pour un investissement beaucoup plus raisonnable" et que "La LGV Bordeaux-Toulouse restera à l'état de projet". Une information démentie dans La Tribune par Bruno Cavagné, président de la Fédération nationale des travaux publics et par ailleurs vice-président du Conseil d'orientation des infrastructures.

Des informations qui inquiètent malgré tout et qui sont peut-être à l'origine de ce nouveau courrier que les élus locaux ont décidé d'adresser à la ministre des Transports.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :