Politique : qui sont ces conseillers qui gravitent dans l’ombre du pouvoir ?

 |  | 1038 mots
Trois universitaires de Toulouse 1 Capitole publient Le règne des entourages
Trois universitaires de Toulouse 1 Capitole publient "Le règne des entourages" (Crédits : Rémi Benoit)
Du sommet de l’État, aux antichambres des collectivités locales, les hommes politiques français s’entourent d’une armée de conseillers. Qui sont ces hommes et - parfois - ces femmes de l’ombre ? Que décident-ils ? Combien gagnent-ils ? Trois universitaires de Toulouse 1 Capitole ont enquêté sur le sujet. Après trois années d’immersion au cœur du pouvoir, ils publient "Le règne des entourages"*.

Qui n'a pas entendu parler, vu à la télé, ou aperçu ces derniers mois, une couverture de newsmag mettant en scène le jeune Gaspard Gantzer... Jeune espoir du cinéma français ? Non, en 2014, cet énarque a été nommé à 35 ans conseiller chargé des relations avec la presse, chef du pôle communication à l'Élysée.

Avant lui, un certain Emmanuel Macron (nommé en 2012 et à 35 ans secrétaire général adjoint de l'Élysée) avait déjà contribué à propulser en pleine lumière des fonctions où l'on cultivait jusqu'alors traditionnellement la discrétion.

La montée en puissance et l'influence grandissante des cabinets ministériels remonte en effet à quelques années et cette évolution n'a pas échappé aux juristes Xavier Bioy et Stéphane Mouton et au politologue Jean-Michel Eymeri-Douzans, de l'université Toulouse 1 Capitole.

"Ce sujet des acteurs de cabinets, de leur pouvoir et de leur rôle, est régulièrement évoqué dans les médias et fait l'objet de nombreuses prises de position. Mais il n'avait fait l'objet d'aucun travail universitaire récent, explique Jean-Michel Eymeri-Douzans. C'est pourquoi nous souhaitions livrer un portrait sociographique de ces acteurs."

D'autant que ce goût pour la mise en avant des collaborateurs touche...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2016 à 10:19 :
Le copinage des décideurs ou l'avènement de la médiocrité économique.
a écrit le 03/02/2016 à 8:00 :
GRAVITER DANS L'OMBRE, C'EST UNE FORME DE LACHETE, CES CONSEILLERS NE VEULENT PAS QU'ON LES DECOUVRE, ILS SE CACHENT PHYSIQUEMENT ET CACHENT LEURS NOMS. APRES ON VIENT NOUS PARLER DE DEMOCRATIE, DE TRANSPARENCE ETC... ETC....POURQUOI N- A-T-ON PAS LE DROIT DE LES CONNAITRE, ET SAVOIR CE QU'ILS FONT.
CETTE PRATIQUE EST PLUS COURANTE DANS LES MONARCHIES, STYLE MAROC,
QUATAR, - ARABIE SAOUDITE - TURQUIE, COMME SI LEURS NEURONES SONT INCAPABLES DE FONCTIONNER SAUF POUR L'ARGENT.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :