Un nouveau visage à la tête de Toulouse White Biotechnology

 |   |  445  mots
Olivier Rolland, nouveau directeur exécutif de Toulouse white biotechnology.
Olivier Rolland, nouveau directeur exécutif de Toulouse white biotechnology. (Crédits : TWB; Rémi Benoit)
Après sept ans de service, le professeur émérite et entrepreneur français de 70 ans, Pierre Monsan, fondateur et directeur exécutif du centre de recherches Toulouse white biotechnology (TWB) se retire et cède sa place à Olivier Rolland.

Une page se tourne pour Toulouse white biotechnology (TWB). Pierre Monsan, fondateur et directeur exécutif du centre de recherches va quitter ce poste et être remplacé par Olivier Rolland. À 38 ans, celui qui a pris ses fonctions le 1er janvier 2019, cumule déjà plus de 10 ans d'expérience dans la bioéconomie. Ingénieur et docteur en chimie, il détient du fait de son parcours  de nombreux atouts pour le développement de TWB, ce démonstrateur préindustriel expert dans la conduite de projet de recherches et développements en biotechnologies industrielles.

Précédemment, Olivier Rolland occupait le poste de directeur de la stratégie des carburants responsables au sein de Boeing, après avoir passé plus de cinq ans à San Francisco avec le groupe français Total.

Impliqué dans de nombreux projets novateurs

Le nouveau directeur de TWB, a démarré l'évaluation des procédés de biotechnologie industrielle pour la production des monomères utilisés dans la manufacture de caoutchouc synthétique en 2010, lorsqu'il débuta sa carrière au centre technologique de Michelin, à Clermont-Ferrand. Plus tard, il contribua à l'émergence et au développement de modèles techniques et économiques innovants pour une production viable de biocarburants dans le secteur de l'aviation civile.

En 2014, Olivier Rolland participe alors à la conduite du programme de développement du premier "biocarburant aviation", produit sur la base de sucre par fermentation. Ce projet aboutira notamment à une diminution significative des coûts de production et sera utilisé à l'occasion des vols commerciaux. Cette avancée industrielle lui a valu la même année le prix Presidential Green Chemistry Challenge Award- USA-EPA qui met en avant les avantages environnementaux économiques liés au développement et à l'utilisation d'une nouvelle chimie verte.

Les projets portés ont levé plus de 100 millions d'euros

Créé en 2012, le centre de recherches TWB fonctionne sur un partenariat public/privé sous la triple tutelle de l'INRA, de l'INSA et du CNRS et compte 46 partenaires au premier janvier 2018 (industriels, startups, investisseurs, organismes de recherche, collectivités territoriales). Ce riche réseau lui a permis de contribuer au lancement de 105 projets collaboratifs de recherche et développement et à la croissance de nombreuses startups qui ont levé au total près de 100 millions d'euros.

Pour rappel, à sa création, cette structure spécialisée dans les biotechnologies blanches avait reçu 20 millions d'euros de subvention de l'État via le Programme des Investissements d'Avenir (PIA). Aujourd'hui, cette plateforme technique continue d'accueillir et d'épauler des projets innovants, comme la startup Enobraq (utilisation du CO2 pour améliorer les rendements agroalimentaires ou encore la société Pili (colorant bleu produit par des micro-organismes).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :