Réflexions sur l'avion du futur

 |   |  119  mots
Airbus participe au Corac, le Conseil stratégique pour la recherche aéronautique civile, créé dans le cadre du Grenelle de l'environnement. Le Corac doit élaborer des technologies de rupture permettant d'alléger le poids des avions à l'horizon 2020. C'est à cette date qu'entreront en vigueur les engagements européens visant à réduire de 50% les émissions de CO2 du transport aérien, de 80% celles d'oxyde d'azote (NOx) et de 50% le bruit perçu. Les recherches vont concerner les nouveaux matériaux, la voilure, l'avion tout électrique, le carburant et la motorisation.


Pour financer ces recherches, Fabrice Brégier, qui préside le comité de pilotage du Corac, souhaite que l'industrie aéronautique bénéficie du futur grand emprunt. Selon lui 800 M€ sur 5 à 6 ans seraient nécessaires pour maintenir l'avance technologique française face aux ambitions russes et chinoises sur le marché des avions moyens courriers.
EADS, Safran, Thales, ADP, Air France, les ministères de la Recherche, de l'Industrie et de la Défense ainsi que le Gifas sont membres de ce conseil stratégique.

En photo : au sein du Corac, Safran travaille sur deux nouveaux types de moteurs. L'un d'eux baptisé « open rotor », permettrait de réduire la consommation de carburant de 25 % et signifierait un saut technologique important.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :