Autoroute Castres - Toulouse : le projet à nouveau à l'ordre du jour

Les ministre et secrétaire d'Etat Jean-Louis Borloo et Dominique Bussereau ont saisi le 24 décembre la Commission nationale du débat public (CNDP) concernant le projet d'autoroute Castres - Toulouse. L'autorité administrative indépendante statuera d'ici deux mois sur l'utilité d'un débat public. Dans le cas contraire, l'autoroute pourrait voir le jour d'ici 2013-2014.« C'est une excellente nouvelle ! » Franck Rigolle de la direction de l'aménagement et des ressources techniques de la communauté d'agglomération de Castres-Mazamet a de quoi se réjouir.

2 mn

Les ministre et secrétaire d'Etat Jean-Louis Borloo et Dominique Bussereau ont saisi le 24 décembre la Commission nationale du débat public (CNDP) concernant le projet d'autoroute Castres - Toulouse. L'autorité administrative indépendante statuera d'ici deux mois sur l'utilité d'un débat public. Dans le cas contraire, l'autoroute pourrait voir le jour d'ici 2013-2014.

« C'est une excellente nouvelle ! » Franck Rigolle de la direction de l'aménagement et des ressources techniques de la communauté d'agglomération de Castres-Mazamet a de quoi se réjouir. Voilà déjà un an que les partisans du projet attendaient cette saisine. Il s'annonce ainsi très confiant. « On espère qu'un débat public ne sera pas nécessaire. » Un débat pourrait retarder le début des travaux de deux années. Si la CNDP décide de s'en passer, les travaux débuteront très vite, pour aboutir dès 2013 ou 2014. « Il y a déjà eu une forte mobilisation des Castrais et des Toulousains sur ce projet lors du débat sur le grand contournement. » Sous forme de concession, le projet, évalué à 300 millions d'euros, prévoit la construction des 37 kilomètres d'autoroute manquant sur les 80 kms séparant les deux agglomérations. Un péage s'installerait alors à hauteur de Verfeil (31). Outre une amélioration significative des conditions de sécurité et du confort routier, les intérêts sont avant tout économiques. « Il existe un écart de croissance significatif entre l'agglomération de Castres-Mazamet et des villes comme Montauban ou Albi qui sont desservies par une autouroute. Aujourd'hui,
il reste difficile pour une entreprise de faire le choix de s'implanter à Castres. » Le projet qui a le puissant soutien de Pierre Fabre reste toutefois contesté. Le collectif RN 126 récuse le coût total du projet qui s'élèverait selon lui non pas à 300 millions d'euros mais à 519 millions d'euros. Frédéric Manon du collectif, estime par ailleurs à 6 minutes le gain de temps offert par l'autoroute. « Dérisoire, par rapport aux conséquences écologiques. » Il préconise ainsi un aménagement de la route nationale actuelle, une amélioration des lignes de bus et de trains entre Toulouse et Castres. L'association se félicite tout de même de cette saisine et reste confiante « sur l'organisation prochaine d'un débat public. »

En savoir plus :

www.autoroute2013.com
www.RN126.free.fr

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.