Le fonds d'amorçage IRDInov a investi 3 M€ dans quatre start-up locales

Lancé en novembre 2012, le fonds interrégional d'amorçage IRDInov, destiné à financer des projets de spin-off (sociétés dérivées) d'entreprises issues d'organismes de recherche publique ou privée, a déjà investi 3 M€ dans quatre sociétés du Sud-Ouest. Premier bilan d'étape avec Jean-Michel Petit, directeur général du fonds, qui envisage à terme de faire rentrer 25 entreprises dans son portefeuille. "Nos critères de sélection sont extrêmement précis", prévient Jean-Michel Petit, directeur général d'IRDInov.
Jean-Michel Petit, directeur général d'IRDInov
Jean-Michel Petit, directeur général d'IRDInov

Lancé en novembre 2012, le fonds interrégional d'amorçage IRDInov, destiné à financer des projets de spin-off (sociétés dérivées) d'entreprises issues d'organismes de recherche publique ou privée, a déjà investi 3 M€ dans quatre sociétés du Sud-Ouest. Premier bilan d'étape avec Jean-Michel Petit, directeur général du fonds, qui envisage à terme de faire rentrer 25 entreprises dans son portefeuille.

"Nos critères de sélection sont extrêmement précis", prévient Jean-Michel Petit, directeur général d'IRDInov. Le fonds d'amorçage interrégional, qui intervient à la fois en Midi-Pyrénées, en Aquitaine et dans le Limousin, a en effet été créé pour financer des projets de spin-off d'entreprises issues de la recherche publique ou privée. Doté d'une enveloppe globale de 30,2 M€, IRDInov s'intéresse à des filières industrielles innovantes, liées à des marchés très dynamiques. "Bien que généralistes, nous sommes plutôt positionnés sur les secteurs de la santé, des biotechnologies, des Tic, de l'environnement et de l'énergie, explique Jean-Michel Petit. Par ailleurs, nos contraintes d'intervention sont renforcées par notre obligation de ne travailler qu'avec des sociétés qui ne génèrent pas encore de chiffre d'affaires. Des entreprises qui entament seulement leur processus de commercialisation."

Un véritable jeu de funambule pour le fonds, qui, malgré les contraintes, est parvenu à engager en quelques mois 3 M€ dans quatre sociétés innovantes du Sud-Ouest. Des dossiers sur lesquels IRDInov s'est systématiquement positionné en co-investissement. "En phase d'amorçage, le risque est toujours très important, argumente Jean-Michel Petit. Notre positionnement sur des technologies d'essaimage, reposant sur des socles de recherche solides, nous permet cependant de lisser ce risque. Et le fait de co-investir nous permet de le partager. Même si nous sommes capables d'intervenir seuls."

Quatre investissements en 2013

Quatre entreprises sont pour le moment parvenues à séduire le fonds. Azur Light System, basée à Pessac, à proximité de Bordeaux, est spécialisée dans la fabrication de lasers à fibre innovants. Elle est issue d'un transfert de technologies de la plateforme Alphanov en 2010. La start-up a levé 800.000 euros, dont 600.000 euros auprès d'IRDInov. Une enveloppe destinée à financer l'industrialisation et le développement commercial de ses premiers produits. Les trois autres sociétés dans lesquelles est rentré IRDInov sont toulousaines. Spin-off de l'entreprise Promoted, Surgical Perspectives se positionne sur le marché de l'instrumentation chirurgicale mini-invasive. "Nous avons investi 730.000 euros dans un premier tour de table de 1 M€, précise Jean-Michel Petit. Cela permettra à la société de commercialiser ses premières gammes d'écarteurs et de développer d'autres produits."

Dans un tout autre secteur d'activité, la start-up Epsiline, qui a bénéficié d'une enveloppe de 800.000 euros - sur un tour de table total de 1,3 M€ - conçoit une nouvelle génération de capteurs lasers de mesures de vents. Enfin, la société de biotechnologies GamaMabs Pharma a reçu 800.000 euros de la part d'IRDInov, dans le cadre d'une levée de 3,1 M€ menée par Bpifrance. Cette spin-off du groupe bio-pharmaceutique LFB développe de nouvelles thérapies anticancéreuses.

Objectif : 25 sociétés en portefeuille
L'équipe de gestion du fonds d'amorçage étudie actuellement plusieurs dossiers. "Mais le processus d'investissement est souvent assez long, précise Jean-Michel Petit. Il peut parfois dépasser les six mois. D'ici à la fin de l'année, une ou deux nouvelles levées de fonds devraient être officialisées. Notre fond est destiné à durer douze ans, dont cinq ans pour la phase d'investissement proprement dite. À terme, notre portefeuille comptera vingt-cinq sociétés."

Alexandre Léoty
© photo DR

En savoir plus
Le fonds IRDInov a été lancé avec le soutien du Fonds national d'amorçage, géré par Bpifrance Investissement, l'IRDI, les Régions Midi-Pyrénées et Aquitaine, ainsi que des partenaires bancaires régionaux et des industriels.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.