Plan de déplacements urbains du Grand Toulouse : les Verts votent contre

 |   |  641  mots
La Communauté urbaine du Grand Toulouse a donné un avis positif mi-avril sur la nouvelle mouture du Plan de déplacements urbains qui lui était soumise. Les Verts ont toutefois créé la surprise en votant contre la majorité de gauche, estimant que le projet présenté « manquait d'ambitions ». Le Plan de déplacements urbains de l'agglomération toulousaine (PDU) n'en finit pas de faire des vagues.

La Communauté urbaine du Grand Toulouse a donné un avis positif mi-avril sur la nouvelle mouture du Plan de déplacements urbains qui lui était soumise. Les Verts ont toutefois créé la surprise en votant contre la majorité de gauche, estimant que le projet présenté « manquait d'ambitions ».

Le Plan de déplacements urbains de l'agglomération toulousaine (PDU) n'en finit pas de faire des vagues. Ce n'est pas sans difficultés en effet que le Grand Toulouse a rendu jeudi 11 avril un avis favorable sur ce PDU qui définit à horizon 2020 les grands projets liés à l'organisation du transport sur le territoire couvert par Tisséo (118 communes au total). Les Verts ont en effet voté contre le projet, arguant qu'il n'était pas suffisamment ambitieux. Dans un communiqué, Jean-Luc Moudenc, élu d'opposition, a quant à lui relevé que « ce Plan est bien éloigné des mirifiques promesses entendues lors de la campagne électorale municipale de 2008, annonçant que les transports en commun (TC) devaient être « la priorité des priorités ». Et d'ajouter : « Avec 3 petits bouts de tram totalisant à peine 7 kilomètres, comme unique réalisation d'ici 2015, l'agglomération ralentit son effort d'investissement pour les TC : ce PDU n'est vraiment pas à la hauteur ni des besoins ni des promesses. »

Lors du vote du Conseil régional sur le même sujet, le groupe Vert s'est contenté de s'abstenir. « Il est évident que le Grand Toulouse manque d'ambition sur la question des transports, ce qui est extrêmement regrettable pour une grande métropole régionale, a réagit le président du groupe Vert Guillaume Cros dans un communiqué à l'issu du vote. (...) Le groupe Europe Ecologie s'est donc abstenu en tenant compte des avancées portées par l'avis de la Région mais exprimant clairement le manque de courage et de responsabilité face aux enjeux écologiques et sociaux. » Et de conclure : « Cela augure mal d'un plan climat territorial à la hauteur des enjeux. »

Pour Joël Carreiras, vice-président du Grand Toulouse en charge des transports, la position des Verts démontre une certaine « inconstance ». « Je suis étonné car en juillet 2009 ils avaient voté pour le PDU, en décembre ils s'étaient abstenu lors du vote portant sur l'accord financier trouvé avec le Conseil général, et aujourd'hui ils votent contre le PDU... Je crains qu'il n'y ait des raisons plus politiciennes que politiques à ces prises de position. »

Révision avant 2020

Les modifications apportées à cette nouvelle mouture du Plan de déplacements urbains (PDU) concernent à la fois le montant du financement dédié, qui atteint les 1,9 Md€ en baisse de près de 800 millions d'euros par rapport au projet initial, et le choix du bus à haut niveau de services en lieu et place du tramway sur certaines liaisons. Les deux sont d'ailleurs liés, les bus à haut niveau de service (BHNS) étant bien moins coûteux à déployer que le tramway. « Les ajustements ne portent pas sur le tracé des infrastructures nouvelles mais sur le mode mécanisé, confirme Joël Carreiras. Plutôt que de restreindre la qualité de la couverture géographique du territoire, nous avons préféré faire le choix d'un mode mécanisé différent du tramway, en l'occurrence les bus à très haut niveau de service. » Un choix qui ne serait selon lui que temporaire sur certaines liaisons, notamment celle reliant Ramonville à Labège.

Prévu pour durer jusqu'en 2020, le PDU sera en réalité révisé avant cette date. Certains projets sont en effet déjà programmés financièrement et pourront débuter rapidement pour des mises en service échelonnées sur les quatre prochaines années. Une clause de revoyure permettra de rediscuter en 2015 la programmation financière des projets restants.

Marie Grivot

En photo : cette nouvelle mouture du Plan de déplacements urbains fixe les grands projets jusqu'en 2020 (© Rémi Benoit)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :