Spatial : une mission en Californie pour bâtir un accord de coopération avec les Etats-Unis

 |   |  439  mots
Une délégation est actuellement aux Etats-Unis pour définir un accord de coopération entre le pôle de compétitivité Aerospace Valley et son équivalent californien, le California Space Authority.Cette mission réunit plusieurs collectivités dont le Grand Toulouse et des entreprises de la région. L'objectif est de renforcer les liens existants entre les deux plus grandes régions aérospatiales mondiales. Reste à définir les termes de l'accord, qui pourrait être signé en juin lors du Salon de l'aéronautique et de l'espace au Bourget.

La mission a été organisée par l'Ambassade de France aux Etats-Unis. La délégation compte une vingtaine de personnes, dont des industriels et des chercheurs. La Communauté urbaine du Grand Toulouse est représentée par Thierry Cotelle, vice-président de la commission « Développement économique et emploi » et membre du conseil d'administration d'Aerospace Valley. Les autres soutiens institutionnels du pôle de compétitivité, à savoir les régions Midi-Pyrénées et Aquitaine ainsi que la Communauté urbaine de Bordeaux, participent aussi au voyage.

L'Etat français compte renforcer les coopérations internationales des 71 pôles de compétitivité français. Ce rapprochement franco-américain, entre les deux plus grandes régions aérospatiales mondiales, s'inscrit dans cette stratégie. L'objectif est aussi de favoriser les relations économiques avec les Etats-Unis dans ce secteur porteur. Aerospace Valley compte 94.000 emplois, dont 8.500 dans la recherche. Il regroupe des partenaires tels que Thales, EADS, Alstom, Rockell Collins...

L'aérospatiale, longtemps éclipsée par le poids de l'aéronautique, avec Airbus en particulier, se structure aussi au niveau régional. C'est l'un des objectifs du Plan spatial signé lors du Toulouse Space Show 2008. Ce plan regroupe près de 70 signataires : l'Etat, le Conseil régional de Midi-Pyrénées, le Grand Toulouse, le Sicoval, Thales Alenia Space ou EADS Astrium, mais aussi l'université Paul-Sabatier, des écoles d'ingénieurs, des organismes de recherche et des PME-PMI. Ses axes de développement comprennent l'amélioration de la compétitivité et de la notoriété des acteurs, le développement d'applications satellitaires et de nouveaux produits, la mise en commun d'informations, les réponses collectives aux appels d'offre. Le plan régional entend conforter le secteur de l'utilisation des systèmes orbitaux et donner une place plus importante à l'utilisation des systèmes spatiaux. Un programme d'action a été établi. Il se décline en plusieurs parties.
- Dans le domaine de l'ingénierie, les acteurs spatiaux de la région s'attacheront à développer des outils et méthodes de travail en commun ainsi qu'à définir de nouveaux standards.
- Dans le domaine de la recherche, des efforts de coordination et de structuration du tissu des laboratoires et organismes de recherche seront menés.
- L'offre de formation devra être consolidée.
- Les acteurs de la filière devront s'organiser pour développer, valoriser et favoriser la commercialisation de produits innovants.

En savoir plus :

- www.aerospace-valley.com

En photo : La filière spatiale bénéficie d'un Plan régional. Elle pourrait aussi profiter de l'accord de coopération en cours de négociation avec le California Space Authority. (photo EADS Astrium)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :