Brigitte Barèges quitte le Conseil régional

 |   |  658  mots
La loi de non-cumul des mandats l'obligeait à abandonner l'un de ses postes : Brigitte Barèges a choisi, comme attendu, de quitter son poste de chef de file du groupe d'opposition "Osons Midi-Pyrénées" au Conseil régional. Une décision qu'elle prend « avec beaucoup de regrets mais avec responsabilité », assure-t-elle.Le Conseil d'État ayant validé les résultats des élections régionales, Brigitte Barèges était tenue de choisir entre son mandat de maire de Montauban, de députée du Tarn-et-Garonne et de conseiller régional.

La loi de non-cumul des mandats l'obligeait à abandonner l'un de ses postes : Brigitte Barèges a choisi, comme attendu, de quitter son poste de chef de file du groupe d'opposition "Osons Midi-Pyrénées" au Conseil régional. Une décision qu'elle prend « avec beaucoup de regrets mais avec responsabilité », assure-t-elle.

Le Conseil d'État ayant validé les résultats des élections régionales, Brigitte Barèges était tenue de choisir entre son mandat de maire de Montauban, de députée du Tarn-et-Garonne et de conseiller régional. Sans surprise, elle a finalement décidé de quitter ce dernier. « Pour des raisons évidentes, j'ai toujours indiqué que le mandat de maire de Montauban était celui qui m'était le plus cher : mandat du cœur, de l'action, de la confiance renouvelée en 2008, que je souhaite mener jusqu'à son terme, explique-t-elle dans sa newsletter. Il restait alors à savoir dans lequel des deux mandats, celui de chef de file de l'opposition régionale ou de député, mon action serait la plus utile. »

« Midi-Pyrénées a besoin de relais efficaces auprès du gouvernement pour faire avancer les dossiers et projets, se justifie-t-elle dans un communiqué adressé à la presse. La famille politique à laquelle j'appartiens a besoin de moi dans une région où les parlementaires UMP sont si peu nombreux (4 parlementaires pour les 8 départements). Après de nombreuses consultations et une réflexion à la fois avec les membres du groupe "Osons Midi-Pyrénées" et les instances de l'UMP nationales, il nous est apparu que le mandat dans lequel je serais la plus utile serait celui de parlementaire. » Assurant que cette décision n'est « pas un renoncement : je continuerai donc, à ma place, à prendre part aux débats d'intérêts régionaux mais aussi à préparer la reconquête des territoires avec un projet que nous aurons à écrire ensemble. »

Un "non-événement pour Martin Malvy"

Au-delà de cette explication, la décision de Brigitte Barèges s'explique aussi par le risque politique qu'aurait constitué la tenue de législatives partielles si elle avait démissionné de son mandat parlementaire. Une élection aurait été jugée trop risquée par l'UMP nationale, alors que la liste "Osons Midi-Pyrénées" menée par la maire de Montauban avait été lourdement défaite lors des dernières Régionales.

Le président du Conseil régional a qualifié cette décision de « non-événement. (...) J'en suis convaincu pour ma part depuis le 21 mars. Après avoir livré ce jour-là à l'UMP son plus mauvais score national, s'être trouvée minoritaire dans sa ville et son département, après avoir divisé les siens au Conseil régional, Mme Barèges, en situation irrégulière au regard de la loi sur le cumul des mandats, a tout simplement été rattrapée par le droit. Elle n'allait pas en plus faire perdre un siège de député à l'UMP en provoquant une élection législative partielle. »

Le remplaçant de Brigitte Barèges à la Région devrait être officiellement nommé en début de semaine. Il est probable qu'il s'agisse de l'avocat Sacha Briand, conseiller d'opposition à Blagnac. « Aujourd'hui, en dépit de tentatives de déstabilisation, le groupe "Osons Midi-Pyrénées" est plus que jamais uni, assure Brigitte Barèges. Il est reconnu comme un interlocuteur exigeant et au travail au sein de l'assemblée régionale. » En dépit de ces propos, la tâche qui attend Sacha Briand sera difficile, le groupe "Osons Midi-Pyrénées" ayant explosé en novembre dernier. Le maire de Tarbes Gérard Trémège et huit autres conseillers avaient alors claqué la porte et fondé le groupe "Républicains et Territoires", estimant être en désaccord avec Brigitte Barèges « et sur le fond, et sur la forme ».

Mikaël Lozano

En photo : Brigitte Barèges a annoncé quitter son mandat de conseillère régionale (© Rémi Benoit)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :