Laurent de Calbiac, Oséo : "Se concentrer sur les 3i, investissement, innovation, international"

 |   |  792  mots
Directeur régional d'Oséo Midi-Pyrénées, Laurent de Calbiac analyse la situation des entreprises en Midi-Pyrénées et présente les moyens d'actions de sa structure pour accompagner le développement des PME dans la région.L'année 2010 a-t-elle été celle de la reprise pour les entreprises de Midi Pyrénées ?

Directeur régional d'Oséo Midi-Pyrénées, Laurent de Calbiac analyse la situation des entreprises en Midi-Pyrénées et présente les moyens d'actions de sa structure pour accompagner le développement des PME dans la région.

L'année 2010 a-t-elle été celle de la reprise pour les entreprises de Midi Pyrénées ?
Malheureusement non. Nous avons un indicateur significatif, c'est le niveau soutenu de notre activité de soutien des trésoreries des PME, en progression d'environ 5 % par rapport à 2009 sur Midi-Pyrénées, puisque en début d'année nous avons garanti plusieurs grosses opérations sur des ETI. Dans un certain nombre de secteurs d'activité, comme la construction et l'industrie, on a des trésoreries tendues. Il y a quand même une amélioration sur le plan de l'emploi et de l'activité. Mais la conjoncture reste compliquée dans les PME, les perspectives favorables sont plutôt pour 2011.

Quels sont les secteurs les plus dynamiques ?
En numéro un, les entreprises innovantes et l'industrie qui est tirée par les PMI innovantes et exportatrices, ensuite le transport, qui avait souffert ces dernières années, le tourisme où les perspectives sont bonnes, et où la région est assez impliquée, et le commerce de gros. Les services connaissent un redémarrage plus lent. La construction, le commerce de détail, notamment l'automobile, et bien sûr le BTP souffrent plus.

Quelles sont les entreprises régionales à fort potentiel ?
Dans le réseau Oséo Excellence, nos chargés d'affaires ont sélectionné les entreprises qui réussissent et qui ont un potentiel de croissance. En général, on retrouve chez elles au moins deux des critères qu'on a appelé chez Oséo les 3i : ce sont des entreprises innovantes, présentes à l'international et qui investissent de façon significative. Pour l'heure, nous avons identifié une petite soixantaine d'entreprises dans la région. Parmi les plus prometteuses, je peux citer le Groupe Actia, LDL Technology, Magellium, Nataïs ou Paul Boyé Technologies. Nous avons là les champions de demain, des entreprises qui sont déjà bien positionnées sur leur marché.

Quelle action particulière menez-vous en direction des entreprises de taille intermédiaire ?
Les ETI étaient exclues notamment du dispositif de fonds de garantie, limité aux PME de moins de 250 salariés. Dans le cadre du plan de relance, Oséo a reçu des dotations pour soutenir leurs trésoreries. Nous avons aussi la possibilité de les accompagner en aide à l'innovation, sachant que l'ISI (innovation stratégique industrielle), qui cible justement les ETI, a été intégrée dans Oséo. Sans compter notre activité de financement au côté des banques, qui n'est pas limitée aux PME.

Quels nouveaux produits avez-vous lancés récemment ?
Nous proposons toute une série de nouveaux prêts sans garantie. Les plus récents ont été lancés en septembre : il s'agit du prêt vert bonifié, qui s'adresse aux entreprises qui investissent avec un impact favorable sur l'environnement, et du prêt à taux 0 pour l'innovation, pour financer des dépenses de R&D innovation jusqu'à 3 millions d'euros. Nous avons aussi signé une convention avec l'Union des industries et des métiers de la métallurgie Midi-Pyrénées pour financer les entreprises adhérentes de l'UIMM dans une fourchette de 100 000 à 200 000 €. Je peux citer aussi de nouveaux prêts sans garantie dans l'hôtellerie et la restauration.

Quelles sont les perspectives pour 2011 ?
Oséo est au cœur du dispositif pour accompagner le développement industriel et économique dans le cadre du Grand Emprunt, qu'on appelle maintenant les Investissements d'avenir. Des ressources nouvelles vont arriver pour continuer à accompagner de façon significative le tissu économique. Il y a une recapitalisation à hauteur de 250 millions d'euros d'Oséo, qui, en tant qu'établissement bancaire, doit avoir des fonds propres solides pour continuer de faire son métier de prêteur : notre activité a connu une croissance très forte ces dernières années, il faut avoir les moyens de la poursuivre, et surtout se concentrer sur les entreprises 3i, c'est le mot d'ordre pour 2011.

Benjamin de Capèle

En photo : Laurent de Calbiac, 42 ans, a été nommé directeur régional d'Oséo Midi-Pyrénées le 26 juillet 2010. Il était auparavant délégué financement d'Oséo Midi-Pyrénées. Originaire de Marmande, dans le Lot-et-Garonne, diplômé de l'ESC Toulouse, il a débuté sa carrière dans une filiale de la BNP, avant d'intégrer le Crédit d'équipement des PME comme chargé d'affaires en 1995. Cet établissement est devenu la Banque de développement des PME, puis s'est rapproché de l'Anvar et de la Sofaris pour donner naissance à Oséo. (© Rémi Benoit)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :