L'UMP 31 attend la validation de ses élections internes

Enfin ! Après trois reports successifs depuis le mois de septembre, les élections interne de la fédération UMP de Haute-Garonne se sont finalement déroulées ce week-end.

3 mn

Enfin ! Après trois reports successifs depuis le mois de septembre, les élections interne de la fédération UMP de Haute-Garonne se sont finalement déroulées ce week-end. Les candidats signataires de la charte Unité UMP 31, menés par le trio Jean-Luc Moudenc, Brigitte Barèges et Dominique Baudis, semblent sortir grands gagnants du scrutin face à la présidente sortante Christine de Veyrac.

Initialement prévues en septembre, puis en novembre et enfin le week-end du 12 décembre, les élections internes de la fédération haut-garonnaise de l'UMP se sont finalement déroulées ce week-end. Les tensions au sein de l'UMP 31 étaient telles qu'il a fallu que les instances nationales mettent leur grain de sel dans un scrutin sous haute surveillance. C'est donc au siège parisien de l'UMP qu'un huissier a constaté, dimanche 5 décembre, la bonne tenue du vote. Celui-ci s'est déroulé sur Internet pour exclure toute fraude.

Et c'est la liste Unité UMP 31, menée par le trio Jean-Luc Moudenc, Brigitte Barèges et Dominique Baudis, qui aurait remporté le plus grand nombre de voix et de circonscriptions. Selon Jean-Luc Moudenc, deux tiers des sièges leur sont revenus, leur permettant d'être majoritaires dans 6 circonscriptions sur 10 (2e, 3e, 4e, 6e, 7e et 9e circonscription). Trois circonscriptions ont été remportées par des candidats soutenus par Christine de Veyrac, tandis que la dernière, celle du Comminges, est tombée dans l'escarcelle d'un candidat indépendant en la personne de l'ancien maire de Luchon, René Rettig. On notera néanmoins que les résultats détaillés des élections, attendus ce lundi, n'étaient à 18h toujours pas communiqués par la fédération nationale.

« Après tout ce que j'ai vécu, défaite électorale, accusation de triche, de piraterie... je suis ravi de ces résultats », jubile Jean-Luc Moudenc. Un enthousiasme partagé par Brigitte Barèges : « Un vent nouveau va souffler sur la Haute-Garonne. Je me félicite que le clan des diviseurs ait été sanctionné par ce vote, même s'ils essayent de faire croire le contraire dans la Dépêche du Midi de ce matin ».

64 % des militants UMP du département ont répondu présent à l'appel de leur fédération. « Deux fois plus que lors du scrutin ayant permis à Madame de Veyrac de devenir présidente » relève le communiqué envoyé à la presse par le cabinet de Brigitte Barèges, co-signataire de la charte Unité UMP 31. « Une telle participation prouve, s'il le fallait, que les militants ont été écœurés par ce qui s'est passé ces derniers mois. Elle nous procure une légitimité électorale indiscutable », appuie Jean-Luc Moudenc qui réfléchit à l'opportunité de prendre la présidence de la fédération en lieu et place de Christine de Veyrac. Contactée à plusieurs reprises ce lundi, cette dernière n'a pu être jointe à l'heure où nous publions ces lignes.

La commission électorale va devoir désormais examiner le scrutin, traiter les recours puis valider l'élection. Le comité départemental sera ensuite consulté en vue de l'élection du président de la fédération. Une élection pour laquelle aucune date n'a encore été fixée par les instances nationales de l'UMP mais qui pourrait se dérouler d'ici un mois.

Marie Grivot

En photo : Christine de Veyrac, présidente sortante de l'UMP 31, et Jean-Luc Moudenc, conseiller municipal d'opposition à la mairie de Toulouse (© DR et Rémi Benoit)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.