La banque éthique La Nef s'installe à Toulouse

 |   |  460  mots
La banque éthique La Nef a annoncé vendredi 24 septembre la création d'une délégation régionale à Toulouse.

La banque éthique La Nef a annoncé vendredi 24 septembre la création d'une délégation régionale à Toulouse. Née en 1988, cette société financière investit l'épargne de ses 26.000 sociétaires « dans des projets qui ont une plus-value environnementale, sociale ou culturelle », explique Julie Lavit, déléguée régionale de la Nef.

En 2009, 2,91 millions d'euros ont été ainsi investis sous forme de prêts dans la création et le développement d'activités éco-responsables et l'agriculture bio, ainsi que dans des associations, des entreprises d'insertion, dans le commerce équitable et la culture. Particuliers et entreprises peuvent ainsi participer à une économie solidaire en ouvrant un compte d'épargne au Crédit Coopératif, partenaire de la Nef.

En Midi-Pyrénées, les projets financés vont d'une auberge de montagne au-dessus de Bagnères de Luchon à une boulangerie bio dans l'Aveyron, en passant par une école Montessori à Labège, une coopérative bio à Castres ou encore le système d'autopartage de Mobilib à Toulouse. L'action culturelle est également financée, par exemple à travers l'école de musique Samba Résille. « Nous ne faisons pas de microcrédit, précise Julie Lavit, nos prêts professionnels vont de dix mille à plusieurs centaines de milliers d'euros, pour une durée supérieure à deux ans, et financent principalement de l'investissement, de l'immobilier et servent parfois aussi pour la trésorerie ». Et à l'en croire, « la demande de prêts est en hausse, avec 54 nouveaux dossiers déposés pour le seul premier semestre 2010 ».

Les particuliers ont également accès aux prêts, à partir de 4.000 euros sur une durée de trois jusqu'à vingt ans : Nef Immo finance l'éco-construction et l'éco-rénovation, et Nef Eco permet d'alléger la facture de l'équipement en matériaux d'isolation, véhicules émettant peu de CO2 ou d'installations de production d'énergie renouvelable (éolien, photovoltaïque, pompes à chaleur...).

Devant le succès de ses prêts, la Nef envisage déjà de croître, mais pas à n'importe quel prix : pour Julie Lavit, il est hors de question « de spéculer, nous ne voulons pas créer de l'argent avec de l'argent ». Agréée par la Banque de France, la Nef souhaite aujourd'hui aller plus loin en obtenant « l'autorisation de gérer des comptes courants ». Mais le principal projet reste à cette heure la création d'une banque éthique européenne. En 2012, la Nef devrait fusionner avec la Banco popolare etica (Italie) et Fiare (Espagne) pour former une coopérative européenne, la Banca Etica Europa.

Simon Castéran

En savoir plus :
- http://www.lanef.com/

En photo : Julie Lavit, déléguée régionale de la Nef, avec Hamza Medkouri, directeur de Samba Résille et emprunteur de la Nef (© la Nef)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :