Soldes d'hiver : 70% des commerçants sont peu satisfaits selon une enquête de la CCI de Toulouse

 |  | 576 mots
Lecture 3 min.
Un chiffre d'affaires jugé peu satisfaisant par 70 % des commerçants interrogés par la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse, une faible affluence dans les boutiques : les soldes d'hiver n'ont pas fait le plein, malgré des rabais importants consentis rapidement. La météo et la médiatisation de la crise économique sont pointées du doigt. Toutefois, les chiffres ne semblent pas très différents de ceux de 2008.

A noter que des disparités sont à signaler : au centre commercial de Blagnac, les retours sont plutôt positifs.

La Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Toulouse a mené une enquête auprès de 33 commerçants durant les soldes d'hiver. Le bilan est moyen : 70% des enseignes estiment que le chiffre d'affaires réalisé est peu satisfaisant, 4% satisfaisant, 18% pas satisfaisant. Aucun n'a jugé son CA satisfaisant. La plupart estime de 10 à 20% le surplus de chiffre d'affaires généré. On note toutefois que la majorité des commerçants interrogés considèrent que les résultats de ces soldes d'hiver sont identiques (52%) ou supérieurs (30%) à ceux de l'année dernière. « Ce sondage a été réalisé au début de cette semaine », précise Florence Bellondrade, responsable « commerce » à la CCI de Toulouse. « Globalement, les commerçants expliquent ces résultats par une faible affluence dans les boutiques. Certains mettent en cause la médiatisation de la crise économique, d'autres pointent du doigt la météo. Effectivement, le premier jour de ces soldes, il neigeait ! » La Fédération des enseignes de l'habillement, qui représente les chaînes et grandes surfaces spécialisées soit 15.000 magasins en France, annonce un chiffre d'affaires supérieur « d'environ 3% » à celui réalisé lors de la même période en 2008.

Autre tendance à souligner, les forts rabais consentis par les commerçants. 15% d'entre eux sont allés jusqu'à baisser leurs prix de 60 ou 70% ; la majorité a fixé un pourcentage de remise maximale situé entre 40 et 50%. Florence Bellondrade poursuit : « Ils ont attaqué fort pour la majorité d'entre eux, beaucoup ont consenti à des rabais de 50% dès la première démarque. Ils avaient besoin de relancer le système. » Conséquence de cette politique agressive, les marges dégagées ont forcément été revues à la baisse.
Les commerçants se rattraperont-ils en profitant de la loi de modernisation de l'économie, votée l'été dernier et qui permet de baisser leurs prix pendant deux semaines fixées à leur convenance ? La question leur a été posée par la CCI. « La majorité des commerçants interrogés ne savent pas s'ils vont effectuer une opération particulière pour les soldes complémentaires, reprend Florence Bellondrade. Beaucoup sont en attente de directives de leurs groupes et un nombre important ne connaissent pas la réglementation qui régit ces soldes flottantes. »

Il semble néanmoins que des disparités soient à signaler. Pour Emmanuelle Thirion, qui supervise la galerie du centre commercial de Blagnac, « les retours des commerçants sont plutôt positifs. Il y avait une véritable attente de la part des consommateurs, notamment pour l'équipement de la maison. Les premiers jours ont été gâchés par la météo mais dès le premier samedi, l'affluence était là. » Les clients auraient privilégié les centres commerciaux au détriment des boutiques du centre-ville ? « C'est fort possible. D'autant plus qu'à Blagnac, avec l'extension de la galerie marchande, nous disposons désormais d'une offre très fournie. » L'indice de fréquentation des centres commerciaux de France, donné par le Conseil national des centres commerciaux, fait pourtant apparaître une hausse limitée de 0,8% par rapport au même mois en 2008.

En savoir plus :

- Chambre régionale de commerce et d'industrie : www.midi-pyrenees.cci.fr

En photo : les rabais consentis ont été conséquents dès les premiers jours de ces soldes d'hiver. (Photo Rémi Benoit)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :