Régionales : les réactions

 |   |  960  mots
De gauche comme de droite, les réactions étaient nombreuses, dimanche 21 et lundi 22 mars, à l'issue de la victoire de Martin Malvy lors du 2e tour des élections régionales. Tour d'horizon.Nicole Belloubet, 2e sur la liste de Haute-Garonne, PS : « Cette victoire a une portée très concrète. Elle montre que les citoyens ont fait confiance à une équipe qui porte leurs préoccupations depuis 12 ans. Au-delà, je crois que ce scrutin délivre un autre message plus prospectif : la gauche doit être unie. A titre personnel, je suis très en phase avec cette équipe. »

De gauche comme de droite, les réactions étaient nombreuses, dimanche 21 et lundi 22 mars, à l'issue de la victoire de Martin Malvy lors du 2e tour des élections régionales. Tour d'horizon.

Nicole Belloubet, 2e sur la liste de Haute-Garonne, PS : « Cette victoire a une portée très concrète. Elle montre que les citoyens ont fait confiance à une équipe qui porte leurs préoccupations depuis 12 ans. Au-delà, je crois que ce scrutin délivre un autre message plus prospectif : la gauche doit être unie. A titre personnel, je suis très en phase avec cette équipe. »

Philippe Calleja, tête de liste UMP en Ariège (27,15%) : « Le résultat de dimanche est une grande leçon d'humilité à méditer par tous les politiques. Les Français ont exprimé un ressentiment et un agacement, nous devons en tirer les leçons. Il y a un déficit de clarté dans la politique mené par le gouvernement. Il faut davantage de pédagogie. (...) L'Ariège est le département le plus à gauche de France. Pour les Régionales, c'est le combat le plus difficile de France. Nous avons fait 4 % de mieux qu'aux précédentes régionales, ce qui est une bonne nouvelle, mais ça reste une cuisante défaite pour la droite. En tant que tête de liste en Ariège, je siègerai bien sûr au Conseil régional. Il est important de siéger à la Région, qui est selon moi la collectivité la plus importante avec les mairies. Lorsqu'on est dans l'opposition, il est important de peser dans les débats. »

Jean-Michel Baylet, président du Parti Radical de Gauche : « Ces scores, historiques, marquent le rejet de la politique du gouvernement et de celle du président de la République, et saluent la reconnaissance de l'excellent travail accompli par les équipes sortantes à gauche. Ils sont aussi un véritable appel au changement. Quand la gauche se rassemble, la victoire est au rendez-vous, mais le Parti socialiste ne doit pas oublier qu'une majorité se construit en respectant ses alliés, en particulier dans l'entre-deux tours. Il ne devra pas l'oublier à l'avenir. »

Laurence Massat, 11e sur la liste UMP Haute-Garonne : « Il faut bien le dire, nous avons touché le fond. La faute à toutes les guerres intestines qui ont lieu au sein de la droite de Midi-Pyrénées. Il me semble que dès que quelqu'un essaie de sortir du lot et de s'imposer, il se fait taper dessus. Je ne blâme pas Brigitte Barèges, qui a fait du bon travail, malgré quelques erreurs durant la campagne. Elle souffrait d'un manque de notoriété évident. Maintenant, nous devons reconstruire la droite en Midi-Pyrénées, en faisant la place à la jeune génération et en affichant une véritable vision politique. Il faut résoudre la crise du leadership de l'UMP en Midi-Pyrénées. »

Christian Picquet, chef de file du Front de Gauche : « Le Conseil régional doit rester une institution de protection des citoyens vis-à-vis de la politique de l'UMP. Nous continuerons à débattre comme nous l'avons fait pendant la campagne. Nos priorités seront l'emploi avec la conditionnalité des aides aux entreprises (non-délocalisation et développement durable), la défense bec et ongles du service public et le renforcement de l'implication citoyenne. »

Gérard Trémège, tête de liste UMP dans les Hautes-Pyrénées (29,93%) : « Les mauvais résultats de l'UMP en Midi-Pyrénées sont à l'avenant des résultats français. Nous avons souffert d'une forte abstention à droite. Les gens en ont assez des discours pontifiants. Moi-même, je me sens totalement éloigné des grandes phrases des dirigeants UMP de l'entre deux tours. Il faut changer la façon de faire la politique. Sur le plan local, je pense que Brigitte Barèges a fait son possible, mais qu'elle a fait des choix d'entourage qui ont nuit à la campagne. Par exemple, alors que 46% des sympathisants avaient voté pour moi aux primaires de l'UMP, elle a choisi de ne pas m'associer à la campagne. »

Alain Fauconnier, directeur de campagne de Martin Malvy : « Les sentiments qui prévalent ce dimanche soir sont la sérénité, le travail accompli. Nous nous étions fixés comme objectif une campagne de proximité en exposant notre bilan, de présenter un projet et surtout de rassembler. La campagne agressive de Brigitte Barèges à l'encontre de Martin Malvy cachait une absence de projets. Maintenant, pour nous il n'y aura rien de nouveau. Nous étions déjà dans une situation similaire lors du 1er mandat de Martin Malvy. Les choses vont se passer démocratiquement, chacun à sa place. »

Jean-Luc Moudenc, ancien maire de Toulouse, président du groupe d'opposition à la mairie : « La Majorité vient de subir, aux élections régionales, une rude défaite. Paradoxe : la gauche n'a enregistré aucun transfert de voix ! Si sa coalition partisane a été électoralement efficace, elle ne bénéficie donc, ni de la confiance des Français, ni de la crédibilité autour d'une vision d'avenir pour nos régions. Ce double constat en dit long sur le profond désarroi de nos concitoyens, qui ont du mal à croire en qui et en quoi que ce soit ! (...) Sur le plan politique, l'UMP a un besoin vital d'avoir en son sein un courant centriste fort et visible. Sur le plan local, je salue le parcours combatif et dynamique de Brigitte Barèges, malgré un contexte très défavorable. Maintenant, notre famille politique doit tourner la page des divisions et de l'amertume. La tâche pour bâtir l'avenir est immense : elle ne pourra donner du fruit que par un travail en équipe et l'unité totale.

Mikaël Lozano et Clément Sirdey, photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :