72% des entreprises régionales veulent intensifier leur développement à l'international

 |   |  905  mots
Les opens de l'Equipe de France de l'export, dispositif créé par le ministère de l'Économie pour favoriser le commerce extérieur, se tenaient le 26 novembre. L'occasion de porter un éclairage sur les PME régionales tournées vers l'international et le dispositif d'aide à l'export alors qu'un récent sondage révèle que 72% d'entre elles veulent intensifier leur développement à l'international. A l'heure de la mondialisation, les entreprises françaises doivent plus que jamais se tourner vers le marché international.

Les opens de l'Equipe de France de l'export, dispositif créé par le ministère de l'Économie pour favoriser le commerce extérieur, se tenaient le 26 novembre. L'occasion de porter un éclairage sur les PME régionales tournées vers l'international et le dispositif d'aide à l'export alors qu'un récent sondage révèle que 72% d'entre elles veulent intensifier leur développement à l'international.

A l'heure de la mondialisation, les entreprises françaises doivent plus que jamais se tourner vers le marché international. Tel est, en substance, le message délivré par les organisateurs des opens de l'Equipe de France de l'export à l'occasion de la conférence qui s'est tenue le 26 novembre à Toulouse. Le Réseau des chambres de commerce et d'industrie, Ubifrance, la Coface, Oséo, l'UCCIFE, le Conseil Régional et la Compagnie des conseils et experts financiers (CCEF) s'étaient donné rendez-vous à Entiore pour apporter un éclairage sur le dispositif d'aide à l'export.

Devant un parterre d'entrepreneurs attentifs, les intervenants ont tout d'abord dressé un constat pour la région Midi-Pyrénées. Bien que 3.000 entreprises exportent régulièrement vers l'étranger et que 160 aient déjà été accompagnées par Ubifrance, l'export n'y demeure pas suffisamment développé : « Nous sommes la 1re région de France pour le solde positif dans les échanges commerciaux mais 80% est réalisé par la branche aéronautique, a indiqué Bernard Raynaud, vice-président du Conseil Régional et président d'International Midi-Pyrénées. Les autres secteurs, comme l'agroalimentaire ou la cosmétique, suivent loin derrière. »

Une faiblesse illustrée par un sondage réalisé par Opinionway et rendu public ce jour. Deux difficultés majeures reviennent régulièrement pour justifier le peu d'entrain des entrepreneurs régionaux à exporter : le manque de ressources humaines et le coût trop important de la prospection. 72% des entreprises de la région déclarent pourtant souhaiter intensifier leur développement à l'international.

Pour Alain Cousin, président du conseil d'administration d'Ubifrance, le défi justifie que les différents acteurs de l'Equipe de France unissent leurs talents pour améliorer la situation actuelle : « Il faut savoir qu'une entreprise sur deux innovantes se lance dans l'export, a-t-il rappelé. La première décision a donc été de signer une convention avec les CCI pour qu'elles nous aident à identifier celles susceptibles de se développer à l'étranger. L'idée est de leur montrer que cela ne coûte pas si cher de franchir le pas si l'on s'est bien préparé. »

« Destination international » a ainsi été mis en place par la CCIT pour soutenir les candidats à l'export : « Les entreprises régionales étant en moyenne plus petites, il est normal qu'elles se heurtent à des problèmes de ressources humaines, a analysé Alain di Crescenzo, président de Destination International et vice-président de la CCIT. Le challenge de l'international requiert que nous travaillions en équipe ».

Cinq axes ont, dès lors, été retenus : détection des entreprises, informations fournies aux candidats, animation à l'occasion de journées techniques où les entrepreneurs pourront échanger avec des spécialistes des pays visés, accompagnement sur place et enfin suivi pour s'assurer de la pérennité de la démarche.

Des entreprises exportatrices, ayant remporté des succès significatifs de développement à l'étranger, ont également apporté leur contribution au débat comme Laselec, société toulousaine spécialisée dans le marquage de câbles par laser dans tous les secteurs industriels, qui réalise près de 85% de son chiffre d'affaires à l'export : « Outre le fait que travailler sur des marchés étrangers est passionnant, c'était pour nous une opération de survie puisque nous sommes sur un marché de niche » a expliqué Marie-Line Clemencon Laval, responsable export.

Pour Laselec, comme pour d'autres PME plus jeunes comme Mobigis, spécialisée dans les systèmes d'information géographique basée à Grenade, rien n'aurait été possible sans l'appui de l'Equipe de France de l'export : « Le dispositif Sidex nous a notamment permis de nous rendre sur plusieurs salons internationaux, en Chine ou en Suède, pour présenter nos solutions et accéder à de nouveaux prospects » a témoigné Laurent Dezou, son responsable technique.

Autre service plébiscité par les PME, le dispositif des VIE. Le Volontariat International en Entreprise (VIE), instauré par la loi du 14 mars 2000, permet aux entreprises françaises de confier tout type de mission commerciale ou technique (études de marchés, prospection, accompagnement d'un contrat, etc...) à un jeune jusqu'à 28 ans, à l'étranger durant une période modulable de 6 à 24 mois : « Il faut absolument soutenir ce système qui constitue probablement la meilleure solution » a insisté le directeur interrégional d'Ubifrance Sud-Ouest, Pascal Lecamp.

Le financement n'a pas été oublié avec notamment le prêt participatif à l'export Oséo de 20 000 à 80 000 € : « Ce prêt sert à financer des opérations immatérielles que le banquier d'entreprise rechigne généralement à financer » a détaillé Patrick Cazeneuve, son directeur régional. Une alternative indispensable en ces temps de crise comme le confirme Marie-Line Clemencon Laval : « Nous exportons beaucoup aux Etats-Unis où les banques sont devenus très frileuses, explique-t-elle. Sans Oséo, nous n'aurions pas pu investir dans notre filière. »

L'Equipe de France de l'export est un dispositif du commerce extérieur créé en avril 2008 à l'initiative de Christine Lagarde, ministre de l'Economie et de l'industrie et Anne-Marie Idrac, secrétaire d'Etat chargée du commerce extérieur.

En savoir plus:
-http://opens-export.com
-www.ubifrance.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :