Cancer du sein : le CHU de Toulouse teste la prothèse mammaire personnalisée d'une startup

 |  | 934 mots
Lecture 5 min.
La prothèse mammaire externe de Newteam Medical est fabriquée dans le respect du pigment de peau de la patiente, notamment.
La prothèse mammaire externe de Newteam Medical est fabriquée dans le respect du pigment de peau de la patiente, notamment. (Crédits : Newteam Medical)
Depuis la mi-janvier, le CHU de Toulouse a lancé une étude clinique avec 64 patientes consacrée à une prothèse mammaire externe personnalisée. Produite en France par la startup toulousaine Newteam Medical, cette innovation est surtout destinée à améliorer le confort des femmes touchées par le cancer du sein qui doivent subir une mastectomie, à travers une couleur de prothèse dans le respect du pigment de peau de la personne et un différentiel de poids entre les deux seins réduit quasiment à néant. Cette étude, qui va prendre plusieurs mois, est la première étape vers la constitution d'un dossier pour une prise en charge totale de cette prothèse par le système de santé français. Néanmoins, la MedTech s'apprête déjà à commercialiser sa solution à l'étranger. Les détails.

Chaque année, en France, ce sont environ 60.000 nouveaux cas de cancer du sein qui sont détectés (dont 1.500 sont pris en charge par les équipes du CHU de Toulouse). Parmi eux, environ 20.000 femmes doivent recourir à la mastectomie. C'est à cette dernière population qu'a décidé de s'adresser la startup Newteam Medical, installée à Saint-Jory (Haute-Garonne), soit à quelques kilomètres de Toulouse.

"Cette entreprise au départ est une histoire de copines, touchées par un cancer du sein, mais qui par la suite ne trouvent pas de prothèse mammaire externe adaptée à leur morphologie ou qui assure leur bien-être. L'entreprise est alors née en 2011, date à partir de laquelle ont succédé 10 ans de R&D. C'est long, mais dans les MedTech c'est un temps normal", raconte à La Tribune Leonarda Sanchez, la présidente de Newteam Medical.

Entre-temps, la jeune pousse, qui compte pour le moment trois salariés, a déposé trois brevets en Europe, aux États-Unis et en Russie pour protéger son innovation : une prothèse mammaire externe personnalisée. Et désormais, cette technologie fait l'objet d'une étude clinique au sein du CHU de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :