Covid-19 : les activités internationales de WeatherForce freinées malgré une levée de fonds

 |   |  864  mots
L’entreprise toulousaine a décroché trois projets en Côte d’Ivoire, au Pérou et en Indonésie.
L’entreprise toulousaine a décroché trois projets en Côte d’Ivoire, au Pérou et en Indonésie. (Crédits : Capture d'écran)
Créée en 2016, WeatherForce vient de boucler sa première levée de fonds. La startup toulousaine, spécialisée dans la création d'indicateurs météorologiques notamment pour les secteurs de l’agriculture et de la cosmétique, compte sur cette somme pour son développement international. En 2020, l’entreprise devait lancer plusieurs projets à l’international, au quatre coins du monde, notamment en Côte d’Ivoire. Cependant, ses chantiers fraichement débutés sont fortement ralentis par la crise sanitaire du coronavirus. Détails.

C'est la première levée de fonds pour cette jeune pousse toulousaine ! Fondée en 2016, la startup WeatherForce vient de boucler, en ce début d'année, un tour de table d un montant de 420 000 euros auprès d'investisseurs privés et de la BPI. Cette somme sera destinée à accélérer son développement sur les parties internationalisation et innovation. L'entreprise propose une solution d'intelligence météorologique qui aide les décideurs économiques et politiques et leur permet d'avoir des indicateurs prédictifs et ainsi d'anticiper leurs volumes de production en fonction des conditions météorologiques.

"Cette levée de fonds va servir notamment à structurer notre développement international en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Amérique latine", précise Christine David, cofondatrice et CEO de cette startup spécialisée dans les projets et les applications météorologiques.

Des projets internationaux...

Ainsi, WeatherForce collabore avec les services météorologiques et hydrologiques nationaux dans le monde entier pour créer et renforcer la fourniture d'informations météorologiques aux utilisateurs publics et professionnels, aider les autorités météorologiques nationales à gérer les projets sur place, concevoir des projets de modernisation, et trouver des solutions durables et rentables afin de garantir la fourniture d'informations météorologiques aux populations locales des pays en voie de développement.

Dans cette optique, elle a été sélectionnée dans le cadre d'un appel d'offres de la Banque Mondiale pour intervenir auprès de la filière coton en Côte d'Ivoire. WeatherForce dispose pour cela d'une enveloppe de 50 000 US$ pour mettre en place, avec l'aide de la SODEXAM (Société d'exploitation et de développement aéroportuaire aéronautique et métrologique), un démonstrateur de services agro-météorologiques pour les industriels de la filière coton et de l'anacardier (arbre fruitier producteur de de noix de cajou).

"Nous avons également un projet commun avec l'Agence spatiale européenne (ASE) et le CNES, en Amérique du Sud, pour l'agriculture dans de grandes fermes basées dans le nord du Pérou qui produisent des fruits et légumes destinés à l'export comme l'avocat, les asperges, les raisins, etc. L'objectif technique du projet est de mixer des données d'observations satellites, de prévisions et des objets connectés installés dans les champs de sorte à améliorer la prévision à l'échelle locale. De plus, en Indonésie, nous avons un projet avec l'Agence française de développement (AFD), où nous participons à la modernisation du service météorologique local", détaille Pascal Venzac, l'autre cofondateur de WeatherForce.

...ralentis par la crise du coronavirus

Le projet en Amérique Latine a débuté juridiquement le 1er mars. Cependant, la crise sanitaire causée par la pandémie Covid-19 rend la suite de ce projet, ainsi que des autres chantiers internationaux de l'entreprise, compliquée.

"Nous devions partir au Pérou durant cette période mais cela ne va pas être possible. Le Covid-19 nous a un peu ralenti, nous avions trois signatures de contrats en Côte d'Ivoire la semaine du 17 mars. Nous avons pu en démarrer un en visio-conférence, mais nous n'avons pas pu partir en mission sur place pour les signer", regrette Christine David.

Un seconde levée de fonds

Si les projets internationaux sont quasi à l'arrêt, l'entreprise peut toujours compter sur sa quinzaine de contrats privés établis en France avec des industriels des domaines agricole et de la cosmétique. "Nous leur apportons des indicateurs personnalisés sur les impacts de la météorologie sur leur activité", explique Christine David. Ainsi, WeatherForce offre ses services sous la forme d'un abonnement annuel facturé entre 15 000 et 25 000 euros, selon les demandes du client et la personnalisation de l'indicateur.

Cette année, l'entreprise avait également pour objectif de redéfinir sa stratégie de représentation à l'international, une tâche qu'elle devra repousser sans doute à plus tard. Par ailleurs, en 2021, WeatherForce souhaite réaliser une seconde levée de fonds, plus conséquente, d'un montant situé entre 2 et 3 millions d'euros, toujours dans cette optique de développement à l'étranger.

Un chiffre d'affaires revu à la baisse pour 2020

Aujourd'hui, WeatherForce emploie une vingtaine de personnes, dont 5 nouveaux salariés arrivés début 2020. D'ici la fin d'année, et selon le déroulement de "l'accélération commerciale", un développeur ou un data scientist devrait rejoindre l'équipe.

"Le plan de développement de 2020 prévoyait une augmentation du nombre de clients sur le dernier trimestre. Désormais, nous ne sommes plus sûrs de rien", confie Christine David.

Le prévisionnel 2020 en terme de chiffre d'affaires a quant à lui été revu à la baisse. Après avoir réalisé un chiffre d'affaires de près de 500 000 euros en 2019, l'entreprise visait 1,2 million d'euros pour l'exercice 2020.

"Nous avons baissé notre objectif de 400 000 euros. Nous avons encore un espoir selon la date de sortie de crise d'assurer les contrats prévus en fin d'année. De plus, en Europe, même si nos solutions sont très innovantes et intéressantes, elles ne sont pas la priorité de nos clients", conclut Christine David.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :