Avec ses cubesats, U-Space veut mettre l'espace à portée de tous

 |   |  569  mots
Pour produire ses nanosatellites, la startup fait appel à une quinzaine d'équipementiers locaux, français et internationaux.
Pour produire ses nanosatellites, la startup fait appel à une quinzaine d'équipementiers locaux, français et internationaux. (Crédits : U-Space)
La startup toulousaine, spécialisée dans les cubesats, propose des systèmes spatiaux clés en main avec un coût et des temps de conception moindres comparés aux satellites traditionnels. U-Space vivra sa première expérience spatiale le 17 décembre prochain.

Rendre l'espace utilisable par tous, c'est le credo de Fabien Apper, Antoine Ressouche et Nicolas Humeau. Lorsqu'ils étaient encore étudiants, ces trois ingénieurs de recherche ont participé au projet Janus (Jeunes en apprentissage pour la réalisation de nanosatellites au sein des universités et des écoles de l'enseignement supérieur) du Cnes. Lors de celui-ci, ils travaillent sur un cubesat, un nanosatellite à faible coût et dont la masse est comprise entre 1 et 10 kg.

"Les nanosatellites sont une technologie de rupture qui permet de baisser les coûts et le temps de développement comparé aux satellites. Pour les cubesats, on est sur un à trois ans de développement alors que pour les satellites c'est cinq à dix ans. Au niveau du prix, les nanosatellites ont un coût d'environ un million d'euros contre 10 millions pour un projet classique", éclaire Nicolas Humeau, directeur des opérations de U-Space.

Après avoir œuvré cinq ans sur leur cubesat, les trois entrepreneurs décident de mettre au point leur innovation et de créer leur startup. U-Space voit alors le jour en février 2018. C'est la première entreprise spin-off de l'Isae-Supaero, l'Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace de Toulouse. Sa mission : faciliter l'accès à l'espace grâce à des satellites 3U et 6U (respectivement 30 x 10 x 10 cm et 60 x 10 x 10 cm, ndlr). Et ceci, avec des systèmes spatiaux clés en main.

"U-Space a été créé dans le but de commercialiser et d'industrialiser tout ce qui avait été développé lors de nos études autour des cubesats. Et ceci, avec la volonté de fournir des systèmes spatiaux performants et complets, de la conception de la mission, à l'intégration jusqu'aux essais, au lancement et à l'exploitation, une fois en orbite", explique le dirigeant.

Un lancement programmé dans quelques semaines

Pour produire ses nanosatellites, la startup fait appel à une quinzaine d'équipementiers locaux, français et internationaux. Elle travaille notamment avec Anywaves, société toulousaine, pour les antennes permettant de communiquer avec le satellite. La jeune pousse mise sur une technologie de pointe pour répondre au mieux aux attentes de ses clients.

"À partir d'une idée ou d'un besoin nous sommes capables de créer un système sur mesure. Nos solutions sont ainsi adaptables aux besoins des clients et permettent d'aborder un large éventail de missions pour des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :