La Coterie Française veut développer le business des producteurs de viande

 |   |  671  mots
La Coterie Française, basée à Toulouse, collabore avec 80 producteurs répartis dans toute la France.
La Coterie Française, basée à Toulouse, collabore avec 80 producteurs répartis dans toute la France. (Crédits : Rémi Benoit)
Cette jeune pousse toulousaine ambitionne de faire conquérir des clients nouveaux aux artisans bouchers et aux producteurs de viande. Pour cela, son fondateur a mis au point une application mobile qui permet aux consommateurs de commander directement un produit carné au producteur, livré en moins de 24 heures. Désormais, La Coterie Française compte développer son volet BtoB en démarchant restaurateurs et comités d'entreprise.

Contrairement à d'autres entreprises créées, ce n'est pas un élément de conjoncture qui a permis l'émergence de la Coterie Française. Tout est parti d'un heureux événement dans le cercle familial.

"Quand mon bébé est né il y a deux ans, j'ai commencé à faire attention à ce que je lui donnais à manger et à ce que je mangeais. Et pour la viande, je n'ai trouvé aucune offre de circuit court me garantissant son origine. Dès ce constat fait, l'idée a commencé à me trotter dans la tête", raconte Babakar Wade.

Ce consultant chez Altran quitte alors son poste et décide de se consacrer pleinement à cette expérience entrepreneuriale. Il lance donc son projet qu'il nommera La Coterie Française, suite à son passage au sein de l'incubateur de startups La Résidence, basé à Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne).

"La Coterie Française est une application mobile qui permet à un professionnel de la viande, bouchers et producteurs, de trouver une clientèle plus large via ce canal. De plus, ce dernier permet d'apprendre l'histoire du produit consommé, avec une description, des photos et même des vidéos où l'éleveur fait visiter sa production. L'objectif est d'apprendre aux clients à mieux et bien consommer", explique celui qui est aussi le développeur de l'application.

Une petite commission perçue sur chaque commande

Ainsi, une fois qu'il a téléchargé cet outil, l'utilisateur peut naviguer dans le système pour découvrir la spécificité de chacune des viandes proposées par les 80 producteurs et bouchers qui travaillent aujourd'hui avec Babakar Wade.

"Au-delà d'assurer un revenu direct supplémentaire à ces professionnels, mon ambition est de permettre une relation directe entre eux et leurs clients. Les producteurs peuvent ainsi envoyer directement à leurs clients des notifications pour les alerter sur des promotions ou des nouveaux arrivages par exemple", explique le jeune entrepreneur qui a relevé le montant de son panier moyen à 50 euros.

Seul hic dans la machine, pour le moment, l'utilisateur ne peut passer commande qu'auprès d'un producteur à la fois. S'il veut d'autres produits simultanément, il doit faire une autre commande. Cette problématique s'explique par le fait que la livraison à domicile est sous-traitée à Chronofresh pour assurer une livraison en moins de 24 heures par soucis d'hygiène et de qualité du produit (il est également possible de récupérer sa commande directement en boucherie ou chez le producteur, ndlr). Une fois la commande passée, le producteur reçoit alors une étiquette colis par mail qu'il n'a plus qu'à coller sur la cargaison avant d'être récupérée par le livreur.

"Le prix de la livraison est aujourd'hui partagé équitablement entre le vendeur et l'acheteur et je prends à ma charge également une petite partie. Pour compenser ces coûts et me financer, La Coterie Française touche une commission de 5% du montant total par commande, ce qui est rien. D'autres prestataires prennent 15 à 20 % d'après ce que j'ai observé ! J'ai une volonté de transparence totale à ce sujet", lance Babakar Wade, qui se laisse 18 mois avant de commencer à se rémunérer.

À la conquête d'une clientèle professionnelle

Néanmoins, l'entrepreneur toulousain ne veut pas s'arrêter à ce modèle en BtoC pour alimenter son modèle économique. Il veut également s'appuyer sur le BtoB voire le BtoBtoC.

"Je vais commencer à démarcher des restaurateurs toulousains afin de leur proposer une viande de qualité qu'ils peuvent avoir rapidement. De plus, notre vraie plus-value en BtoB est que nous pouvons proposer des quantités fines aux restaurations de 5,10 ou 20 kgs, contrairement à des achats auprès de grossistes où il faut commander par centaine de kilos. Cela évite le gaspillage et cela peut pallier des ruptures de stock".

Enfin, Babakar Wade compte se rapprocher des comités d'entreprise (CE). Dans son esprit, ces derniers pourraient récupérer les commandes auprès de leurs salariés et passer les commandes via son application pour faire de l'entreprise un point de livraison.

Lire aussi : Une entreprise toulousaine nourrit ses salariés

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :