Intelligence artificielle : Ffly4U lève à nouveau 1,2 million d’euros

 |   |  475  mots
La startup Ffly4u a connecté 4000 boîtiers en 2018.
La startup Ffly4u a connecté 4000 boîtiers en 2018. (Crédits : ffly4u)
La startup toulousaine, spécialisée dans la gestion d’actifs mobiles sur les sites industriels et de construction, réalise son troisième tour de table. Ffly4U compte désormais intensifier ses compétences techniques en matière d’intelligence artificielle et de machine learning et accélérer son déploiement à l’international.

Un an après avoir levé 1,2 million d'euros, la startup Ffly4U réalise un nouveau tour de table de 1,2 million d'euros auprès d'IRDInov et du fonds d'investissement bordelais Galia Gestion. Cette levée de fonds porte le total des capitaux obtenus par la jeune pousse toulousaine à 3,2 millions d'euros en trois ans. Un investissement qui devrait lui permettre d'intensifier son savoir-faire technique, notamment en matière d'intelligence artificielle, et de se développer à l'international.

L'IA optimisée

Créée en 2015, l'entreprise spécialisée dans la gestion d'actifs mobiles sur les sites industriels et de construction a mis au point des boîtiers connectés qui utilisent les réseaux de communication bas débit comme Sigfox ou LoRa.

"Jusqu'à présent, l'internet des objets (IoT) avait deux fonctions : créer de la donnée de géolocalisation et faire des suivis de température pour quantifier les chocs par exemple. Ces valeurs brutes allaient sur un cloud et se structuraient sur une plateforme de data. Pour notre part, nous analysons les données directement dans le boîtier alors que habituellement on traite l'intelligence artificielle dans un cloud. En Europe, nous sommes les seuls à proposer ce service sur nos métiers", lance Olivier Pagès, président de Ffly4U.

Cette optimisation de l'intelligence artificielle, Ffly4u la met au service de cinq verticales-métiers : l'aéronautique depuis quelques mois et initialement le transport de bennes, les supports de manutention, le transports de remorques et l'industrie du câble et de la fibre (tourets), avec par exemple des données qui permettent d'améliorer la gestion d'un chantier.

"Nous sommes capables de mesurer la longueur du touret d'un câble mais aussi de distinguer un touret qui s'enroule, se déroule, ou bien qui est placé sur un camion roulant. Plus vous avez besoin d'infos complexes, plus vous êtes obligés d'analyser de très grosses données. On ne peut pas traiter toute cette data dans le cloud, cela saturerait le réseau Sigfox pendant un an. On ne peut le faire qu'en utilisant l'intelligence artificielle", explique Olivier Pagès.

Développement à l'international

Installée sur le site de la pépinière d'entreprises de Montaudran à Toulouse, Ffly4U utilise sa solution pour une quinzaine de clients et veut désormais se développer à l'international. "Nous venons de signer un client en Suisse, nous avons des pilotes en Angleterre, en Allemagne, en Autriche et nous nous intéressons au Portugal, à l'Italie", indique Olivier Pagès.

L'entreprise qui a déployé sa solution en connectant 4000 boîtiers en 2018, prévoit d'en connecter entre 8 000 et 10 000 cette année. Pour accentuer cette stratégie, Ffly4U envisage de boucler une nouvelle levée de fonds avant la fin 2020. À ce jour, la startup qui compte 14 salariés prévoit un chiffre d'affaires d'un million d'euros pour 2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :