Le Toulousain ThorLight sécurise le transport fluvial

 |   |  622  mots
Le système Thémis fait économiser jusqu'à 30 000 euros par an et par bateau.
Le système Thémis fait économiser jusqu'à 30 000 euros par an et par bateau. (Crédits : Remi Jouan)
Afin d'éviter une perte d’argent ou des accidents, la startup toulousaine ThorLight a créé, Thémis, un système s’adressant au transport fluvial qui permet de calculer le poids exact des chargements. La commercialisation de la technologie devrait débuter en fin d’année. Elle vise un million d'euros de chiffre d'affaires d'ici 18 mois.

Même s'il ne remplacera sans doute pas le transport terrestre, le transport fluvial, poussé par son inscription dans le développement durable, semble avoir un bel avenir devant lui. Afin de s'introduire sur ce marché porteur, la jeune startup ThorLight a mis au point Thémis, un outil qui permet aux bateliers de connaître le poids exact de leur chargement ainsi que d'assurer le bon équilibrage des marchandises dans le navire, ce qui va éviter une surconsommation de carburant.

"Il faut savoir qu'aujourd'hui un batelier n'a aucune idée de son poids de chargement. Généralement, à bord d'un bateau d'une capacité de 1 500 tonnes il ne va pas charger ce poids exact. Il sera toujours à plus ou moins 15 tonnes près. S'il transporte moins, il perd de l'argent et s'il transporte plus cela devient dangereux puisqu'un bateau surchargé est un bateau qui peut couler. Un bateau de transport fluvial à l'eau représente entre 1 et 2 millions d'euros de perdus", informe Samuel Céleste, co-fondateur de ThorLight et étudiant en ingénieur électronique.

Ainsi, Thémis, Samuel Céleste et son associé Hugo Fabre se disent capables d'éviter une perte économique de 30 000 euros par an et par bateau, aux...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :