À Toulouse, EyeLights invente le GPS à réalité augmentée

Afin d'éviter tout risque d'accident de la route à cause d'une erreur d'inattention, la startup toulousaine EyeLights a mis au point un assistant d'aide à la conduite holographique qui projette le GPS sur le pare-brise. Ainsi, le conducteur ne quitte jamais la route des yeux. Disponible en pré-commande depuis peu, l'outil sera distribué avant l'été.

4 mn

Le dispositif peut être géré à distance grâce à de simples gestes de la main.
Le dispositif peut être géré à distance grâce à de simples gestes de la main. (Crédits : DR)

"L'interface smartphone n'est pas adaptée à la conduite. C'est en train de devenir la première cause d'accidents dans le monde", déplore Romain Duflot. Cet ancien ingénieur chez Dassault Aviation et Airbus a créé, avec son ami Thomas de Saintignon également ingénieur, un outil d'affichage holographique qui projette toutes les informations nécessaires à la conduite dans le champs de vision du conducteur, sur le pare-prise. Ainsi, l'automobiliste n'a plus besoin de quitter la route des yeux pour consulter son GPS, changer de musique ou encore décliner un appel.

"Par un simple geste de la main, il est possible d'actionner le GPS, faire défiler une musique ou simplement arrêter l'affichage. L'outil offre également une caméra de recul installée à l'arrière du véhicule qui s'affiche elle aussi sur le pare-brise", présente Romain Duflot, CEO de la startup EyeLights.

Cette technologie se présente sous la forme d'un boitier installé sur le tableau de bord. Celui-ci est relié au smartphone par Bluetooth ou par un câble. À l'aide d'un réflecteur de lumière et d'un écran transmissif, l'holographie est directement projetée sur le pare-brise du véhicule au-dessus du tableau de bord. Un détecteur de mouvements est également installé au niveau de la radio pour la gestion à distance de l'outil par des gestes intuitifs de la main.

Être directement intégré dans les véhicules automobiles

Le dispositif a été commercialisé en pré-commande durant le mois de mars sur la plateforme américaine Indiegogo au prix de 199 dollars (soit 176 euros). Il a généré 250 000 dollars (ou 221 000 euros) de revenus grâce à près d'un milliers de commandes. Le prix de commercialisation final sera quant à lui fixé à 299 dollars (264 euros).

"Les produits commandés seront livrés avant l'été prochain. Les pré-commandes parvenaient à 50 % de la France et à 50% des États-Unis", précise le dirigeant de la startup.

Si la clientèle intéressée par la technologie d'Eyelights est si nombreuse aux États-Unis c'est grâce à la visibilité dont à pu profiter l'entreprise lors de sa participation en janvier 2019 au plus grand salon consacré à l'innovation technologique du monde, le CES de Las-Vegas.

"L'événement nous a permis d'avoir une bonne stratégie de référencement. Nous avons eu un article dans le New York Times. Des essais ont été effectués par des journalistes et des blogueurs lors de démonstrations sur route. Quasiment tous les constructeurs automobiles présents sont passés sur notre stand notamment parce que notre technologie permet d'avoir une image dix fois plus lumineuse que le meilleur téléphone du marché."

Dorénavant, la jeune pousse à pour ambition de nouer des partenariats avec ces constructeurs automobiles afin d'intégrer sa technologie directement dans les véhicules.

"C'est un peu ce qu'il s'est passé avec TomTom. Ils sont arrivés en tant qu'accessoire. Très vite, les gens ont compris l'intérêt et cinq à dix ans plus tard ils ont été intégrés dans les voitures. La logique d'EyeLights est de faire la même chose", se projette Romain Duflot.

Un GPS en réalité augmentée pour tous

Avant d'être décliné en un dispositif auto, EyeLights est à la base un module destiné aux motards. Dans le même principe, la visière du casque moto se transforme en un écran qui affiche le GPS, la vitesse de l'engin et les informations du trafic, le tout en temps réel grâce à une connexion Bluetooth avec le smartphone. Vendu 500 euros pièce, le produit s'est écoulé à plusieurs milliers d'exemplaires depuis sa mise en vente en octobre 2017.

"C'est ce produit qui a fait le succès d'EyeLights et nous a permis de faire de nos armes. Ce sont les nombreux motards qui l'utilisaient qui nous ont suggéré d'adapter l'accessoire à la voiture", se souvient le co-cofondateur.

Afin de développer le système auto et augmenter son nombre d'employés, la jeune entreprise a levé, en juin 2018, 2,5 millions d'euros auprès de Breega Capital et du fonds Ambition Amorçage Angels (F3A). Depuis, l'effectif est passé de 10 à 20 salariés. Créée en 2016, la startup a pour ambition à terme d'appliquer sa technologie à l'ensemble du domaine des transports.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.