Le Airbnb toulousain des piscines

 |   |  671  mots
Les locations peuvent se faire à la journée ou à la demi-journée pour un prix minimum de 30 euros.
Les locations peuvent se faire à la journée ou à la demi-journée pour un prix minimum de 30 euros. (Crédits : Reuters)
Lancée en février 2017 sur le modèle de la célèbre start-up américaine de location de logements entre particuliers, la plateforme toulousaine LouerUnePiscine propose comme son nom l’indique de louer des piscines entre particuliers. Le concept a déjà séduit près de 2 000 utilisateurs à travers la France.

Selon la Fédération des professionnels de la piscine (FPP), la France compterait en 2018 près de 2,5 millions de piscines privées faisant d'elle le plus grand parc en Europe et le deuxième au niveau mondial après les États-Unis. En parallèle, selon une étude révélée en mars dernier par les trois organismes de l'économie sociale et solidaire Jeunesse au plein air (JPA), l'Union nationale des associations de tourisme et de plein air (Unat) et Solidarité Laïque, ce sont près de 22 millions de Français, soit un citoyen sur trois, qui ne peuvent pas partir en vacances chaque année. Ces chiffres pourraient pleinement profiter à la plateforme LouerUnePiscine. En effet, cette jeune startup toulousaine propose, via son site internet, de louer des piscines entre particuliers.

"En août 2016, lors d'un trajet entre Toulouse et Bordeaux, il faisait très très chaud et nous cherchions avec ma compagne, un ami qui avait une piscine pour nous accueillir sans succès et je me suis dit pourquoi est-ce qu'on pourrait pas louer une piscine. Nous avons cherché sans rien trouver", raconte Arnaud Biehler président et co-fondateur de la plateforme LouerUnePiscine.

De là, avec 7 autres collaborateurs parmi lesquels un développeur web, un graphiste, des commerciaux, des chargés de communication et un juriste, cet architecte de profession va penser et concevoir la plateforme collaborative de location qui verra le jour en février 2017.

Un prix minimum de 30 euros

À la manière des plateformes collaboratives les plus célèbres, Airbnb ou encore BlaBlaCar, après une inscription gratuite, les propriétaires déposent leurs annonces avec photos en indiquant les dimensions de la piscine, les équipements à disposition (transats, barbecue...), les dates de disponibilité du bassin, leur présence ou non durant les baignades et bien sûr, le prix de location.

"Les locations se font à la journée ou à la demi-journée. Nous avons un prix de départ de 30 euros pour une demi-journée pour un groupe de 4 personnes maximum. En dessous, ce n'est ni rentable pour le propriétaire, ni pour nous", détaille Arnaud Biehler.

Pour se rémunérer, le site prend une commission de 20 % sur chaque location.

Du côté du baigneur, l'inscription est également gratuite, celui-ci indique le périmètre dans lequel il recherche une piscine, la date et le nombre de personnes. De là il se verra proposer plusieurs lieux de baignade selon ses critères. Une fois son choix fait, un mail et un sms de réservation sont envoyés au propriétaire qui la valide.

2 000 utilisateurs

Testée lors de sa première saison, en été 2017 en Occitanie seulement, l'offre de LouerUnePiscine s'étend aujourd'hui à l'ensemble de la France. La jeune pousse recense quelques 2 000 utilisateurs inscrits et près d'une centaine d'annonces de propriétaires ayant accepté de mettre leur piscine à disposition des baigneurs.

"Les trois quarts des piscines se trouvent essentiellement dans le grand Sud en Occitanie, en Côte d'Azur, sur la côte Basque...", précise le CEO.

Sur les trente derniers jours, avec les pics de chaleur qui touchent l'ensemble du territoire nationale, la plateforme a enregistré plus de 13 000 visites et 180 demandes de réservations.

"En moyenne, ce sont entre 10 et 20 baigneurs qui s'inscrivent sur le site chaque jour"

Bientôt une application

Dès cet hiver, les 8 fondateurs de la plateforme souhaitent développer une application pour smartphone LouerUnePiscine. Par ailleurs, une exportation du concept à l'étranger est "en phase de se faire" puisque plusieurs demandes émaneraient d'Espagne, d'Italie, de Belgique ou encore d'Israël. Pour sa première saison d'activité, la jeune pousse vise un chiffre d'affaires de 5 000 euros.

"Même si l'activité reste saisonnière, nous trouvons des solutions pour la prolonger jusqu'au mois d'octobre voire novembre notamment avec des piscines couvertes, intérieures ou chauffées. Nous pouvons également proposer nos services à des entreprises qui souhaitent organiser des séminaires dans un beau cadre sans forcément sans se baigner", conclut Arnaud Biehler.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :