Les 7 nouvelles pépites de l'incubateur Nubbo

 |   |  948  mots
7 startups ont été choisies pour suivre une phase d'incubation de 18 mois au sein de Nubbo.
7 startups ont été choisies pour suivre une phase d'incubation de 18 mois au sein de Nubbo. (Crédits : Rémi Benoit)
L'ex-incubateur Midi-Pyrénées devenu Nubbo au printemps dernier a présenté ce jeudi 5 juillet sa nouvelle promotion de startups. Désormais, les porteurs de projet peuvent être accompagnés jusqu’à 24 mois, avec une nouvelle phase de pré-incubation.

Depuis mars dernier, l'incubateur Midi-Pyrénées a laissé sa place à Nubbo. Au-delà du changement de nom, la formule d'accompagnement a également évolué. Auparavant, la période d'incubation maximale était de 12 mois. Désormais, les startups souhaitant intégrer la structure passent par une période de pré-incubation d'un mois. Objectif : permettre au porteur de projet d'étudier la pertinence de son idée et sa faisabilité. 24 projets ont pu expérimenter cette étape à l'issue de laquelle 7 startups ont été choisies pour suivre une phase d'incubation de 18 mois. Certains projets particulièrement prometteurs pourront prolonger l'accompagnement jusqu'à 24 mois.

Exotrail, la propulsion électrique pour les petits satellites

Parmi les nouvelles pépites de Nubbo, le projet le plus avancé est celui d'Exotrail. Fondée dans l'Essonne en avril 2017, la startup est née d'un brevet conjoint du Cnes, du CNRS et l'université de Versailles. La jeune pousse a pu aussi bénéficier d'un soutien d'un million d'euros de la SATT (sociétés d'accélération du transfert de technologies) de Paris-Saclay. Exotrail a mis au point un système de propulsion électrique à effet Hall à destination de petits satellites de 20 à 100 kilos. La startup parisienne a voulu intégrer Nubbo pour se rapprocher de la filière spatiale toulousaine qui compte plusieurs acteurs axés New Space, à l'image de Comat (également axée sur la propulsion électrique). Exotrail devrait annoncer une levée de fonds de plusieurs millions d'euros à la rentrée.

La Carafe, un objet pour garantir la température du vin en vol

Anthony Boule (ex-IAE de Toulouse) a imaginé un dispositif de dégustation de vin pour garantir la température de la boisson au degré près. "Les caves permettent d'avoir cette fonction mais une fois le vin versé dans une carafe ou un verre, il n'existait aucune technologie pour contrôler l'expression des arômes", explique-t-il. La startup a mis au point un support sur lequel peut être posée une carafe de vin et qui permet de maintenir le vin à la bonne température. "Un bon Bordeaux doit être à 18-20°C alors que pour un champagne frappé il faut être à 3°C (si c'est plus froid il sera acide)", poursuit-il. Baptisé La Carafe, le projet cible dans un premier temps les grands restaurants et les compagnies aériennes "qui dépensent des millions d'euros en grands crus mais ne disposent pas de dispositif efficace pour garantir la température idéale pendant les vols".

Botdesign, un chatbot médical

La startup Botdesign a développé un chatbot (robot de conversation) médical. Accessible depuis l'application mobile Infinity ou un ordinateur, l'outil vise à réaliser un prédiagnostic de patients en ciblant notamment les femmes enceintes et les personnes âgées suivies en gériatrie.

"Un médecin qui suit une femme enceinte doit lui poser toute une série de questions afin de déterminer d'éventuels risques de grossesse. Avec le chatbot, la patiente peut répondre à ces questions depuis l'application. Cela dégage du temps pour l'équipe médicale", explique Olivier Thuillart, confondateur.

Botdesign expérimente déjà son initiative auprès l'hôpital américain de Paris et va intégrer le living lab I2ML de Toulouse-Blagnac.

Hookofix, un éclairage de studio pilotable à distance

Deux éclairagistes ont inventé un dispositif qui permet de contrôler à distance la luminosité d'un studio audiovisuel.

"Plus besoin de mètres de câbles électriques pour brancher les projecteurs, ni d'échelles, avance Malik Pavaud, cofondateur de Hookofix.

Le projecteur est supporté par un crochet qui coulisse sur un rail pour se déplacer. La technologie embarque des capteurs de position, de mesure de la charge électrique et de détection des collisions. Depuis une application, il est possible de commander la position des projecteurs. "Notre technologie permet de diviser par 4 les temps de préparation des tournages", assure le porteur du projet.

HappyDriver gère l'entretien des véhicules d'entreprises

Initialement tournée vers les particuliers, la startup HappyDriver s'est réorientée vers la gestion de l'entretien des véhicules professionnels. Elle se charge d'emmener les voitures au garage et des questions d'assurance ou d'accidents. La jeune pousse peut aussi faire de la maintenance prédictive grâce à une balise installée à bord du véhicule qui détecte tous les codes défauts.

"Cela permet, à distance, d'envoyer des alertes à l'automobiliste pour lui dire quand aller chez le garagiste. L'autre avantage est qu'un prédiagnostic du véhicule est déjà réalisé avant de se rendre à l'atelier. Cela évite qu'on vous appelle en pleine réunion parce qu'il y a une pièce supplémentaire à changer", avance Nicolas Glaume.

Dans un premier temps, HappyDriver cible les véhicules des TPE et PME mais pourrait adapter une solution à destination des garages qui pourraient proposer la technologie à leurs clients. "Cela permet de réduire les temps d'immobilisation dans l'atelier des véhicules mais aussi de fidéliser les clients", ajoute Nicolas Glaume.

Eneapharm veut réduire les effets secondaires des maladies liées au pancréas

Fondée par des anciens cadres de l'industrie pharmaceutique, Eneapharm a développé un nouveau mode de formulation d'un traitement pour les maladies liées au dysfonctionnement du pancréas (mucoviscidose, maladie de Crohn, cancer).

"Aujourd'hui, un adulte est obligé de prendre 23 gélules par jour avec beaucoup d'effets secondaires, notre procédé permet de descendre à 3 gélules par jour", explique Karim Ioualalen, cofondateur d'Eneapharm.

Geotrend, un outil de veille stratégique

Issue du Bizlab d'Airbus, Geotrend a réalisé une solution d'intelligence artificielle pour analyser et trier sur le web les informations stratégiques recherchées par un professionnel sur l'évolution de son marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :