Startup : le carton des étiquettes autocollantes de Ludilabel

 |  | 460 mots
Sandrine Jullien-Rouquié, fondatrice de Ludilabel.
Sandrine Jullien-Rouquié, fondatrice de Ludilabel. (Crédits : Rémi Benoit)
La startup Ludilabel poursuit sa croissance à l'international avec l'ouverture d'un site de production en Italie et prévoit une nouvelle antenne à Barcelone en Espagne. La pépite toulousaine espère en parallèle conquérir les maisons de retraite avec ses étiquettes autocollantes lavables en machine.

À une semaine de la rentrée, c'est le grand rush pour la startup Ludilabel. Chaque année, à la fin du mois août, 4 000 étiquettes par jour sont commandées depuis le e-commerce. Au total, la pépite toulousaine a déjà écoulé plus de 50 millions d'étiquettes dans le monde depuis sa création en 2011. À l'origine de la création de la startup, tout est parti d'un besoin de jeune maman. "Quand j'ai inscrit ma fille à la crèche, j'ai cherché une solution pour étiqueter ses vêtements sachant que je ne savais pas coudre. Plusieurs solutions...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :