En difficulté, la startup MoiChef cherche des fonds pour poursuivre l'aventure

 |   |  449  mots
Tristan Laffontas, cofondateur de MoiChef
Tristan Laffontas, cofondateur de MoiChef (Crédits : Rémi Benoit)
Dans un message posté sur leur page Facebook, les deux cofondateurs de MoiChef font le point sur la situation économique de la startup qui propose à tout un chacun de réaliser des recettes de chef chez soi. Faute de financement, et malgré la réussite du projet initial qui a su séduire les chefs et les consommateurs, Tristan Laffontas et Romain Priot pourraient rendre leur tablier. Explications.

"Notre startup MoiChef n'a plus d'argent. Quel impact sur l'avenir ? Les explications." Le message est on ne peut plus clair et le billet posté par Tristan Laffontas sur la page Facebook de la société est un véritable cri du cœur. Un éclairage cru, aussi, sur l'univers et la vie pas toujours rose des startups.

Dans ce texte, il explique ainsi que les deux cofondateurs, qui ont investi 30 000 euros d'argent personnel dans la startup, sont aujourd'hui au chômage et qu'ils ne se sont "pas versés le moindre centime depuis la création de MoiChef".

"Si d'ici la fin de l'année, nous n'augmentons pas suffisamment le chiffre d'affaires de MoiChef, nous ne pourrons pas nous payer, et nous n'aurons plus le chômage. Ce sera donc la fin de cette aventure", avoue ainsi Tristan Laffontas.

Aujourd'hui, si "un BA (Business Angel) est bien parti pour investir dans notre startup" comme l'indique Tristan Laffontas, MoiChef cherche à lever des fonds pour gagner en visibilité et séduire les Parisiens.

Une transparence "qui fait du bien"

Une démarche de transparence qui n'a "pas été facile", reconnaît le jeune homme. "Cela fait une grosse semaine que je travaille sur le texte. Je l'ai écrit seul, de mon côté, avant de le montrer à Romain (Priot, l'autre cofondateur, NDLR) et à l'équipe."

Tristan Laffontas concède avoir eu "de nombreuses peurs" en écrivant mais s'est aperçu qu'il n'avait "rien à perdre". "Si ça marche, cela ne peut qu'être positif", assure-t-il.

C'est au cours de réunion au sein du Réseau Entreprendre à Paris qu'il a appris à parler de ses difficultés. "C'est la règle de base de ces réunions. J'ai trouvé ça génial car cela donne des idées et de l'espoir. On ne le fait pas assez car on est souvent dans la communication, pour dire que ça va." MoiChef, qui vient de se déployer à Paris, collabore ainsi avec plus de 30 chefs et a vendu plus de 1 500 plats, mais "ces chiffres ne reflètent pas la réalité économique".

"Un rêve réalisé"

Les deux cofondateurs ont pourtant réalisé leur "rêve" :

"Romain et moi avons lancé MoiChef à Toulouse en décembre 2014, après avoir quitté nos entreprises, et nos emplois (plutôt bien payés pour nos âges, respectivement 28 et 29 ans à l'époque) parce que nous avions un rêve. Ce rêve, c'était tout simplement d'accessibiliser la cuisine des plus grands chefs afin que n'importe qui puisse cuisiner des plats exceptionnels, avec des ingrédients de qualité", explique ainsi Tristan Laffontas dans son billet.

Pour poursuivre son rêve, MoiChef mise sur un ingrédient clé, l'oseille.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :