Startup : à Toulouse, Drivoo propose la livraison entre voisins

 |   |  933  mots
Livraison d'un colis par un driver dans les rues de Toulouse
Livraison d'un colis par un "driver" dans les rues de Toulouse (Crédits : DR Drivoo)
Drivoo a développé avec succès la livraison collaborative à Toulouse. La ville sert de laboratoire et de tremplin pour s'installer à Paris et faire connaître cette solution innovante de livraison entre voisins pour des petites courses. La startup s'inscrit dans la mouvance de l'économie collaborative.

Lorsqu'ils passent une commande sur le site web de Carrefour du centre commercial Labège 2, les Toulousains ont désormais la possibilité de se faire livrer leurs courses par leurs propres voisins pour 9,90 euros. Derrière ce nouveau service, une startup locale : Drivoo.

Comme d'autres entreprises venant "ubériser"' l'économie, Drivoo profite des nouvelles technologies et applications mobiles pour réinventer le service de livraison. Elle a d'ailleurs été élue meilleure startup de e-commerce 2015 lors du challenge de la Fevad, la fédération du e-commerce. Ce concept commence à s'installer en France, dans quelques villes. Il propose un service de livraison urbaine effectuée par des livreurs amateurs qui profitent de leurs déplacements quotidiens habituels domicile-travail ou de leurs trajets pour les courses pour livrer aux voisins des petits colis (max 30 kilos), le jour même, pour un tarif fixé par l'enseigne. Pour Drivoo, la livraison collaborative se veut un système complémentaire des transporteurs "du dernier kilomètre" mais en tirant parti des transports en commun ou de transports doux (vélo, roller, marche...).

Objectif : Paris

Depuis sa création en 2014, Drivoo, fondé par Mohamed Mebarek, a pris ses marques à Toulouse. L'entreprise a conclu des partenariats  dans la ville avec Carrefour Labège 2, Biocoop, Carmila, Biocoop, MinutePapillotte, efoodstudent, toulouseadomicile et une soixantaine de fleuristes.

Le fondateur de la startup espère passer à la vitesse supérieure en desservant la capitale, ce qu'il a commencé à faire depuis novembre 2015. Il travaille déjà avec des magasins Franprix  Carrefour, des fleuristes et des applications de livraison de nourriture. Drivoo mise sur la signature de nouveaux contrats avec des enseignes (DailyMonop) et d'autres indépendants à Paris. Mohamed Mebarek, qui a travaillé dans une société de transports, et ses 6 autres associés sont donc en train de réaliser une levée de fonds auprès de sociétés de capital-risque et d'industriels de la distribution, qu'ils espèrent boucler avant l'été 2016.

Toulouse comme tremplin

Mais il n'est pas seul : d'autres startups comme Stuart espèrent aussi rafler la mise. Cependant, la startup Drivoo a un avantage compétitif : le nombre de ses livreurs, 5 000 personnes (drivers) inscrites au niveau national, annonce-t-elle, sans pouvoir préciser toutefois le nombre de personnes...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :