L’éditeur de logiciel JFrog s’installe à Toulouse

 |   |  457  mots
Arnaud Ladrière, directeur exécutif Europe de Jfrog
Arnaud Ladrière, directeur exécutif Europe de Jfrog (Crédits : DR)
Ce jeudi 9 mars 2015, JFrog a annoncé l’ouverture de son nouveau siège social européen à Toulouse. Le directeur exécutif Europe Arnaud Ladrière sera en charge de son développement. Avec son arrivée en Europe, les ambitions de Jfrog sont claires, "devenir la plateforme de déploiement continu pour tous les éditeurs de logiciel à travers le monde".

Toulouse s'apprête a accueillir le siège social européen d'un acteur important du marché des éditeurs de logiciel : JFrog. Cette start-up, déjà installée en Israël et aux États-Unis (au sein de la Silicon Valley), crée des logiciels pour des entreprises elles-mêmes éditrices de logiciel.

JFrog a la volonté de créer, par le biais de son directeur exécutif Europe, Arnaud Ladrière, "plus de proximité avec le marché européen".

Un marché en pleine croissance

"Le marché de l'édition de logiciel est en pleine expansion ces dernières années, explique Arnaud Ladrière. JFrog connaît une croissance exponentielle depuis sa création, plus 100 % par an." Avec plus de 10 M€ de ventes dans le monde, elle apparaît comme le "leader mondial du marché", selon le directeur exécutif Europe.

Arnaud Ladrière définit l'activité de JFrog avec la comparaison suivante : "c'est comme si l'on construisait des robots pour des constructeurs automobiles afin qu'ils fabriquent des voitures". En clair, elle aide des entreprises à développer des logiciels plus efficaces et de manière plus rapide. "JFrog a su se rendre indispensable auprès de très gros éditeurs de logiciels comme Apple ou encore Twitter par exemple", assure Arnaud Ladrière.

Toulouse, centre de l'Europe

JFrog possède également de très nombreux clients en Europe comme Capgemini, Amadeus ou encore la Société Générale. "Pour développer une relation de proximité avec ses clients, JFrog a choisi d'ouvrir son siège social européen dans la ville de Toulouse", indique la société.

Arnaud Ladrière justifie le choix de la Ville rose par plusieurs arguments. Toulouse est selon lui "un vivier intellectuel, de par ses universités et ses nombreux acteurs, comme la Mêlée numérique, par exemple". Par ailleurs, il souhaite "promouvoir la région comme une bonne base de lancement d'une entreprise, plutôt que Londres ou Paris". Ce dernier est d'ailleurs co-président de la commission de financement du cluster Digital Place, qui regroupe 180 acteurs du numérique sur Toulouse.

De nombreux projets pour l'Europe

"JFrog souhaite se faire connaître en Europe le plus rapidement possible, développe Arnaud Ladrière. Nous sponsorisons actuellement de nombreux événements comme le salon Devoxx, qui a lieu en ce moment même à Paris et qui regroupe de nombreux développeurs de logiciel."

D'autre part, l'éditeur de logiciels a le projet de développer une nouvelle filiale en Europe, plus précisément en Allemagne, car ce pays représente "un gros marché pour la start-up". Mais Arnaud Ladrière assure que "le siège social demeurera à Toulouse. Le bureau en Allemagne ne serait qu'une filiale française."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :