Une Toulousaine lance TalkDifferent, l'application de langage universel

 |   |  635  mots
L'application TalkDifferent est disponible sur Apple et Android
L'application TalkDifferent est disponible sur Apple et Android (Crédits : TalkDifferent)
Maman d'une jeune fille autiste, Marie Spitz a imaginé une application mobile qui permet de communiquer simplement à partir d'une base de 700 images répondant aux besoins de la vie quotidienne. Mais l'outil est loin d'être réservé aux personnes handicapées. Traduite en 10 langues, elle constitue un outil de langage universel.

Avant de mettre au point son application, Marie Spitz communiquait avec sa fille à partir de classeurs remplis de pictogrammes :

"Ma fille, aujourd'hui âgée de 21 ans, est autiste avec un trouble sévère du langage. Elle possède une mémoire exceptionnelle mais oralise très peu. J'ai acheté et fabriqué des supports visuels pour dialoguer avec elle mais ces outils, qui ont le mérite d'exister, ont aussi leurs points faibles : nécessité de se former, investissement de temps pour les fabriquer, classement dans un classeur qui au fil du temps devient volumineux. À l'adolescence et à l'âge adulte, ce classeur devient également stigmatisant pour ceux qui ont des activités en milieu ordinaire ou qui travaillent en ESAT ou EA (entreprise adaptée).

Il y a quelques années, lorsque Marie Spitz voit sa fille présenter une réelle appétence pour les outils numériques et informatiques, elle commence "à chercher une application attractive et ludique qui pourrait remplacer ce classeur". "Comme il n'en existait pas, j'ai décidé de la créer !"

Une banque de 700 images

Accompagnée d'un cabinet de graphisme toulousain, Marie Spitz imagine TalkDifferent. L'application est dotée d'une base de 700 images illustrant une multitude de situations de la vie quotidienne : nourriture, loisirs, sentiments... L'utilisateur peut en combiner plusieurs pour réaliser des phrases. "Maintenant, quand je vais au restaurant, faire des courses, faire du vélo avec ma fille avec juste mon smartphone dans la poche, je suis beaucoup plus sereine car je sais qu'elle pourra, via l'application, faire ses choix sans être bloquée par le manque d'images, explique la créatrice de TalkDifferent. Si l'image n'est pas dans la base de données, il est possible de dessiner, de prendre une photo et même d'enregistrer un son."

Disponible depuis décembre sur l'Apple Store et depuis janvier sur Androïd, l'application est vendue à 99 centimes. "J'aurais pu la mettre à 50 euros mais je tenais à ce qu'elle soit accessible au plus grand nombre. Il existe des formations de communication alternative pour les proches de personnes handicapées qui coûtent environ 400 euros. Tout le monde dans le monde du handicap n'a pas les moyens, ni le temps, de poser des jours de congés pour y assister", ajoute Marie Spitz.

S'affranchir de la barrière de la langue

L'application est loin d'être uniquement réservée aux personnes handicapées. Traduite en 10 langues, TalkDifferent se définit comme un outil de langage universel :

"Tout le monde peut se retrouver à un moment donné en situation de handicap. Si vous vous blessez lors d'un raid au fin fond du Maroc et que vous ne parlez pas la langue du pays, comment faites-vous pour vous faire comprendre ? Avec cette application, vous pouvez montrer les images "mal au doigt", "mal à la tête".

Marie Spitz compte développer cet usage médical. Depuis le mois de novembre, elle travaille avec un conseil scientifique composé de médecins et d'infirmières toulousains pour créer un module de l'application destiné au personnel hospitalier.

"Les médecins sont souvent confrontés soit à des personnes en situation de handicap, soit à des patients ne parlant pas français. Comment un gastroentérologue peut-il expliquer à une personne étrangère comment se déroule une coloscopie ? Les photos médicales étant plutôt anxiogènes, des illustrations graphiques explicites vont traduire les actes médicaux les plus fréquents. Par exemple, une prise de sang sera décrite en 5 images, ceci afin que les soignants puissent donner une information claire, précise et adaptée aux personnes en situation de handicap, étrangères, phobiques, âgées.."

Les médecins pourront imprimer ces visuels ou utiliser le module de l'application. Marie Spitz espère une mise en service de ce module dans le courant de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2015 à 19:02 :
Bravo Florine pour cet article qui très clairement rédigé!
En espérant que Talkdifferent se fasse connaître de toutes et tous afin que chacun diffuse l'information auprès des publics en difficultés!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :