Toulouse Tech Tranfer créée à Toulouse pour accélérer les transferts de technologies

 |   |  639  mots
Gilbert Casamatta, Henri-Michel Comet et Pierre Dufresne
Gilbert Casamatta, Henri-Michel Comet et Pierre Dufresne
Le lancement de la Société d'accélération de transfert de technologie (SATT) a été officialisé ce mercredi 25 janvier à Toulouse. Le président du Pres Gilbert Casamatta a présenté le projet qui a pour but la transformation de découvertes issues des laboratoires vers des applications industrielles. Toulouse Tech Transfer est présidée par Pierre Dufresne.


C'est officiel depuis ce mercredi matin, la Satt de Midi-Pyrénées est constituée. L'ancien directeur de l'incubateur Midi-Pyrénées, Pierre Dufresne prend la présidence de Toulouse Tech Transfer et il sera assisté d'un directeur général adjoint, Christophe Haunold, qui dirigeait le département valorisation du Pres Université de Toulouse. Celui-ci sera en charge des relations de ce nouvel outil avec le secteur académique et les actionnaires publics.

La Satt est très ambitieuse puisqu'elle se fixe comme objectifs 60 projets maturés (qui mène à une application industrielle) par an, une trentaine donnant lieu à des transferts et une dizaine de start-up. Cela implique de détecter entre 130 et 140 projets chaque année. La maturation bénéficiera d'un budget de 4 M€ la première année et de 7 à 8 M€ à terme. A titre de comparaison, 4 M€ ont été investis sur environ 80 projets au cours des quatre dernières années.

"Créer un interlocuteur unique"

"Nous passons du projet à l'action, se félicite Pierre Dufresne. C'est la première fois que je vois une création d'entreprise avec dix années de visibilité et ce grâce au soutien de l'Etat, du Pres et du CNRS." L'Etat, via la Caisse des dépôts, est ainsi actionnaire à hauteur de 33 %. Le CNRS (25 %) et le Pres (42 %) sont les deux autres actionnaires. Toulouse Tech Transfer va regrouper "les équipes de valorisation de tous les établissements du Pres", explique son président Gilbert Casamatta. "Ce n'est pas une création ex nihilo, appuie Pierre Dufresne. Il s'agissait de créer un interlocuteur unique" pour les chercheurs et les entreprises. La Satt se crée en effet sur la base d'entités déjà existantes : département de valorisation du Pres, SAIC, etc.

La société devrait compter 25 personnes fin 2012 sans tenir compte des personnes travaillant sur les projets, l'objectif à terme étant de doubler les effectifs. Pour Henri-Michel Comet, la Satt "s'inscrit dans une démarche nationale et régionale plus large. Midi-Pyrénées a bénéficié de 47 M€ d'investissements en 2011 sur la question des transferts de technologie. Avec la Satt, il y a une volonté de mesurer les résultats et d'être très proactif vis-à-vis des entreprises comme des chercheurs. Les transferts de technologies sont un des éléments des investissements d'avenir."

Pour Pierre Dufresne, la priorité de la Satt est d'être présent auprès des équipes. "L'amélioration ne doit pas être seulement technique mais aussi juridique et économique, précise-t-il. Nous allons rechercher les co-investissements avec les entreprises." L'objectif est de sensibiliser l'ensemble des laboratoires, ceux à dominante technologique comme les autres. Gilbert Casamatta insiste ainsi sur l'importance des recherches menées dans les sciences humaines et sociales qui "n'ont pas conscience de ce qu'elles peuvent apporter. Il y a un vrai effort à faire. Je veux que la Satt soit un outil de développement pour les PME innovantes et les autres. Il y aura création d'une autre valeur ajoutée avec des brevets plus proches des exigences du marché"

Avec un statut de SAS, Toulouse Tech Transfer est une véritable entreprise. un choix qui se justifie pleinement selon son président. "Les sociétés préfèrent traiter avec d'autres sociétés. Et puis, cela nous oblige à être efficace et rentable." L'objectif est ainsi de générer 10 M€ sur les dix prochaines années. Dans le même temps l'Etat investira à hauteur de 70 M€. Dans ses relations avec l'IRT, les négociations sont toujours en cours sur de nombreux sujets mais la Satt sera un pourvoyeur de services industriels à l'IRT.

Paul Périé

En photo : Gilbert Casamatta, président du Pres Université de Toulouse, Henri-Michel Comet, préfet de Région Midi-Pyrénées et Pierre Dufresne, président de Toulouse Tech Transfer (© PP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :