Tarn : ARM Engineering dévoile un biocarburant plus écolo pour les voitures

Dans le Tarn, la société ARM Engineering teste l'intégration d'un biocarburant fabriqué à partir de fumier agricole à la fois pour les voitures thermiques et électriques. Plus écolo, il réduit de 80% les émissions de CO2 par rapport à un carburant fossile. L'entreprise compte réaliser au mois de février un record d'autonomie en public sur le circuit automobile d'Albi avec des Renault Zoé et Twingo aménagées pour accueillir ce nouveau carburant.

5 mn

ARM Engineering a aménagé des Renault Zoé et Twingo pour accueillir un nouveau biocarburant.
ARM Engineering a aménagé des Renault Zoé et Twingo pour accueillir un nouveau biocarburant. (Crédits : ARM Engineering)

Utiliser les excréments d'animaux, les transformer en méthane puis en carburant liquide pour faire rouler des voitures, c'est la folle idée que teste actuellement la société tarnaise ARM Engineering. Cette dernière a été fondée en 2017 par Marc Lambec qui avait déjà créé l'entreprise LR Performance spécialisée dans les kits de conversion des moteurs thermiques au superéthanol E85.

Le superéthanol E85, c'est ce biocarburant première génération fabriqué à partir de cultures de betteraves à sucre, de blé ou de maïs ensuite distillés et mélangés avec de l'essence sans-plomb 95. Il a fait une percée dans les stations essence ces dernières années. Pour autant, ce carburant n'est pas totalement renouvelable et a été accusé notamment de provoquer la hausse des cours des matières premières alimentaires même s'il ne monopolise actuellement que 1% des surfaces agricoles françaises. Raison pour laquelle l'Europe compte faire diminuer dès 2024 l'usage des biocarburants première génération voire d'en stopper le recours à l'horizon 2030.

Une nouvelle génération de biocarburants émerge

Face à ces normes environnementales de plus en plus drastiques, une nouvelle génération de biocarburants sans emprise sur les cultures agricoles est en train de voir le jour. Dans le Tarn, la société ARM Engineering essaie d'adapter à l'automobile un carburant de synthèse qu'elle a baptisé G-H3 et qui était employé jusque-là dans l'industrie pour produire des matières plastiques.

"Nous utilisons de la biomasse non-alimentaire et notamment des excréments d'animaux, autrement dit du fumier, et par un principe de méthanisation on obtient un gaz. En poussant plus loin le processus, on le transforme en substance liquide", explique Marc Lambec. 

D'après l'entrepreneur, ce nouveau biocarburant rejette 80% de CO2 en moins qu'un carburant fossile (18 g de CO2 par mégajoule contre 86 g) et près de deux fois moins qu'un biocarburant de première génération comme le superéthanol E85.

Les carburants de synthèse attirent les convoitises des principaux constructeurs automobiles qui y voient une solution pour rendre plus propres les voitures thermiques sans obliger tous les consommateurs à se tourner vers une voiture électrique. Porsche a dévoilé il y a quelques mois par exemple un procédé visant à produire du carburant de synthèse utilisable dans les véhicules actuels, avec un processus de fabrication par capture de CO2. Dans un premier temps, ces nouveaux carburants pourraient être utilisés dans le cadre des activités sportives de Porsche mais la marque projette 550 millions de litres produits à l'horizon 2026. "Des études scientifiques ont montré que la fabrication d'un tel carburant est tellement coûteuse que ce sera compliqué de le rendre rapidement abordable", nuance le responsable d'ARM Engineering. 

Bientôt une production locale de biocarburant ?

Pour lui, le G-H3 produit à partir de fumier représente une alternative moins énergivore et coûteuse et surtout déjà prête à être industrialisée. "Beaucoup de coopératives agricoles en France se mettent à faire des méthaniseurs à partir du fumier. C'est une technologie que les agriculteurs maîtrisent", ajoute-t-il.

Si pour l'instant, ARM Engineering se fournit en biocarburant auprès d'un fabricant danois, Marc Lambec rêve de créer une production en circuit-court de ce nouveau biocarburant dans l'Hexagone avec une distribution locale des stations-services. Avec une production à grande échelle du G-H3, Marc Lambec estime que ce nouveau biocarburant pourrait être commercialisé à un euro le litre, à l'heure où l'essence frôle les deux euros le litre.

Mais tout reste à construire pour créer une filière de production et obtenir une homologation en France pour distribuer ce nouveau biocarburant à la pompe. "Cela serait tout de même moins compliqué à acheminer que l'hydrogène car il est possible d'utiliser les mêmes pompes que pour le superéthanol", glisse le Tarnais.

Lire aussi 8 mnAlbi et le Tarn se rêvent en leaders de l'hydrogène appliqué aux mobilités

Des aménagements nécessaires dans les voitures

Rouler avec ce biocarburant demandera aussi des aménagements dans les voitures, comme lorsqu'un automobiliste veut adapter sa voiture au superéthanol ou au GPL. ARM Engineering a développé d'ailleurs un boîtier de conversion à cet effet. "Cette intervention coûterait entre 1.000 et 3.500 euros", précise le dirigeant de la société. Pour une voiture électrique, l'opération serait plus lourde avec le remplacement de la batterie par une pile à combustible. "C'est une technologie qui reste encore chère mais qui présente l'avantage de s'affranchir des problèmes d'autonomie des batteries électriques", plaide Marc Lambec. Pour y parvenir, il faudra aussi miniaturiser la pile à combustible pour pouvoir l'intégrer à terme dans des véhicules citadins.

ARM Engineering

Zoé électrique aménagée pour le nouveau biocarburant (Crédits : ARM Engineering).

ARM Engineering

Coffre d'une Twingo thermique avec un boîtier de conversion pour accueillir le G-H3 (Crédits : ARM Engineering).

En attendant, ARM Engineering a déjà intégré le nouveau biocarburant à deux véhicules prototypes, une Renault Twingo thermique et une Zoé électrique. Des tests ont déjà été réalisés sur le circuit automobile d'Albi. Dès le mois de février, la société aimerait réaliser une démonstration en public sur le même circuit en accomplissant un record d'autonomie avec ces deux voitures.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.