Biotech : TWB double la taille de ses locaux en s'installant sur le campus de l'Insa à Toulouse

Toulouse White Biotechnology (TWB) a investi 6,5 millions d'euros pour s'offrir de nouvelles installations au coeur du campus de l'Insa à Toulouse. Le bâtiment de 3.300 m2 héberge deux plateformes de recherche et cinq startups. De quoi permettre à TWB de faire face à la croissance des effectifs de ses jeunes pousses mais aussi de répondre aux contrats décrochés dans le cadre de France Relance.

4 mn

TWB fait face à la croissance des effectifs des startups hébergées.
TWB fait face à la croissance des effectifs des startups hébergées. (Crédits : Frédéric Scheiber)

C'est un nouveau départ pour TWB. Fondée en 2012, cette unité mixte de recherche spécialisée dans les biotechnologies a investi à l'automne 2020 ses nouveaux locaux nichés au coeur du campus de l'Insa à Toulouse. À l'étroit dans ses 1.800 m2 de locaux au cœur du parc technologique du canal à Ramonville, Toulouse White Biotechnology a engagé 6,5 millions d'euros pour s'offrir un nouveau bâtiment de 3.300 m2 (financé à hauteur de 3,9 millions d'euros via le contrat de plan Etat-Région et à 2,6 millions d'euros par le biais de Toulouse Campus).

1.000 souches par semaine

Le site dispose de deux plateformes de recherche. La première est dédiée à l'ingénierie des souches. Elle est équipée d'automates pour assurer chaque étape du processus : purification de l'ADN, clonage et transformation de micro-organismes, optimisation de l'expression de protéines par criblage d'expression automatisé. "Ces équipements nous permettent de produire jusqu'à 1.000 souches par semaine", fait savoir Laurie Rey, directrice business chez TWB.

twb

Des automates permettent de réaliser l'ingénierie des souches (Crédits : Frédéric Scheiber).

La seconde plateforme se concentre sur la fermentation des micro-organismes (levuresbactéries, champignons microscopiques, algues) dans des récipients de 50 ml à 300 litres. TWB a aussi intégré la technologie de la startup Altar. Sur la base de mécanismes de sélection naturelle, elle permet le développement de nouvelles souches microbiennes non génétiquement modifiées.

TWB

twb

Les micro-organismes fermentent dans des récipients de 50 ml à 300 litres (Crédits : Frédéric Scheiber).

Des biotechs en pleine croissance

Par ailleurs, le nouveau bâtiment dispose de 500 m2 où elle héberge cinq startups. C'est le cas par exemple de Pili qui travaille depuis sa fondation en 2015 à la création de "pigments et colorants biosourcés et écologiques", une alternative aux produits polluants fabriqués en masse en Asie à partir de dérivés de pétrole et de charbon. Pour y parvenir, la jeune pousse travaille sur un procédé industriel basé sur deux étapes à savoir "une partie fermentation avec des matières renouvelables", suivie "d'une étape de chimie". "Cela permet de diviser par trois à cinq les émissions de CO2 lors de la production", avance Guillaume Boissonnat. Son premier colorant textile va tout juste commencer à être commercialisé. La biotech compte actuellement 26 salariés répartis sur trois sites (Toulouse à TWB, Paris et Lyon) dont 8 recrutements sur l'année 2021. "Beaucoup des startups hébergées ont vu leurs effectifs grossir et avoir des locaux plus grands nous permet de les accompagner plus loin jusqu'à la phase préindustrielle", relève Laurie Rey.

TWB

Cinq startups sont hébergées au sein de TWB (Crédits : Frédéric Scheiber).

Parmi les startups passées par TWB, figure notamment Micropep Technologies qui a bouclé l'été dernier un tour de table de 8,5 millions d'euros. La jeune société utilise de petites protéines naturelles produites par les plantes, ou micropeptides, qui permettent de contrôler et de diriger temporairement la génétique des plantes. Cette technologie de rupture améliore avec précision les traits des plantes sans altérer leur ADN. Plusieurs traitements personnalisés pour les plantes peuvent être réalisés et utilisés pour accélérer ou ralentir la germination, augmenter la résistance aux maladies ou encore améliorer la floraison. En revanche, Enobraq, spécialisée dans l'utilisation du CO2 pour améliorer les rendements agroalimentaires, a annoncé il y a quelques jours sur Linkedin la cessation de ses activités.

Lire aussi 6 mnLe Toulousain Micropep Technologies lève 8,5 M€ pour soigner et booster les plantes

 Au-delà de l'essor des startups, TWB fait face à une forte croissance de ses activités de recherche. Dans le cadre de France Relance et du quatrième programme d'investissements d'avenir, la plateforme toulousaine a décroché trois projets (de quatre millions d'euros) pour le grand défi biomédicament. Ces derniers portent sur la production d'anticorps thérapeutiques à partir de microalgues, sur la production d'ARN à partir de levure et l'installation de bioréacteurs pour assurer le contrôle en ligne de la production.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.