Tisséo connaîtra bientôt les trajets de ses passagers grâce à leurs smartphones

Dix bus Tisséo seront équipés pendant un an de capteurs de la startup Flowly afin de mieux gérer l'offre de transport à Toulouse. Le système repose sur les ondes passives émises par les smartphones des usagers du réseau. Les détails.

5 mn

À partir du mois d'août, Tisséo va expérimenter pendant un an la solution Flowly. Celle-ci permet notamment de connaître avec précision le parcours des passagers sur le réseau de transport grâce aux données émises par leurs téléphones portables.
À partir du mois d'août, Tisséo va expérimenter pendant un an la solution Flowly. Celle-ci permet notamment de connaître avec précision le parcours des passagers sur le réseau de transport grâce aux données émises par leurs téléphones portables. (Crédits : Rémi Benoit)

"Aujourd'hui, quand on injecte des bus supplémentaires sur une ligne, nous avons des indicateurs qui nous laissent penser que c'est nécessaire, mais nous n'avons pas de certitudes. Les régulateurs de Tisséo se basent notamment sur le ressenti des chauffeurs. Là, nous aurons des chiffres réguliers et d'une grande fiabilité avec la possibilité d'être beaucoup plus fins dans l'analyse du trafic et dans nos décisions. C'est tout l'enjeu de cette expérimentation", présente Jean-Michel Lattes, président de Tisséo Collectivités et Ingénierie.

À la mi-août, dix véhicules de la ligne 19 (Borderouge — Lasbordes) de Tisséo seront équipés de capteurs de signaux des téléphones portables des passagers. Ceux-ci permettront de mieux évaluer le flux de voyageurs sur la ligne, afin d'en adapter l'offre. Cette technologie, signée par la startup réunionnaise Flowly, va être expérimentée pendant un an.

Dix capteurs expérimentés pendant un an

"Nous avons déjà des remontées au moment où les passagers montent quand ils compostent leur ticket. Mais la grande question, c'est de comptabiliser les descentes des bus. Cette donnée, jusqu'ici manquante, pourra être récupérée grâce au système Flowly", explique le président de Tisséo Collectivités.

Pour essayer les capteurs de la startup Flowly, déjà déployés dans plusieurs grandes villes françaises mais aussi à l'international, Tisséo a misé sur la ligne 19. D'abord, parce qu'elle fait face à une saturation régulière, avec des bus trop chargés. Surtout, parce qu'elle se destine à devenir le futur Linéo 12, allant de Borderouge à Montaudran, qui sera une ligne transversale.

Pendant douze mois, les passagers de cette ligne ayant le wifi ou le bluetooth activé sur leur smartphone partageront donc automatiquement (mais avec possibilité de refus) leur adresse MAC, qui permet habituellement de se connecter aux réseaux wifi privés comme publics. Celle-ci permettra ici de comptabiliser une montée dans le bus, et une descente lors de la déconnexion. Une fois étendu sur le réseau, cette technologie pourrait être utilisée pour divers usages.

"Nous nous sommes rendu compte que plus nous disposions de données, bien sûr anonymes et correspondant uniquement à des données de flux, plus nous arrivions à fiabiliser les résultats et donc leur analyse. Par exemple, si nous comparons les données de validation de l'opérateur de transport à celles du comptage effectué par nos capteurs, nous en déduisons le taux de fraude grâce à la différence entre les deux", indique Julien Tenenbaum, le dirigeant de l'entreprise.

Sont également possibles la géolocalisation en direct du véhicule ou un indicateur de son affluence. Des technologies qui pourraient aussi bien servir à Tisséo qu'à ses clients, via l'application officielle de l'entreprise, par exemple.

Pour l'heure, Jean-Michel Lattes ne se dit pas intéressé par toutes ces possibilités offertes par Flowly, préférant se concentrer sur l'équipement des lignes "à problèmes" en vue de leur résolution. Mais il n'exclut pas d'y faire appel à moyen-long terme, en cas de succès de l'expérimentation, tout comme le déploiement généralisé du dispositif sur l'ensemble du réseau bus.

Un coût estimé entre 10.000 et 15.000 euros

Il faudra pour cela former les techniciens de Tisséo Ingénierie, puisque ce sont eux qui sont chargés d'installer les capteurs. Le temps de l'expérimentation, c'est en revanche la startup réunionnaise qui offre les équipements, pour un coût estimé entre 10.000 et 15.000 euros.

Pour être opérationnel, le système a besoin de compter un capteur par bus. Ils seront installés face à la porte centrale du véhicule, contre les voussoirs. Connectés à l'alimentation du bus, ils ne fonctionneront que lorsque le chauffeur aura mis le contact. L'envoi des données se fait en temps réel sur les serveurs de Flowly, grâce à une carte SIM 4G. Les équipes de Tisséo auront ensuite la possibilité de visualiser l'ensemble de ces données de parcours via une interface dédiée.

Une pratique tout à fait légale, qui peut être refusée par les usagers du réseau, bien que sans atteinte à la vie privée : "Nous avons le droit de collecter cette adresse MAC, avec toutes les précautions définies par la CNIL, comme leur anonymisation", explique le fondateur de Flowly.

Le fondateur de Flowly est originaire de Toulouse

Désormais résidant à la Réunion, Julien Tenenbaum a pris l'initiative de démarcher Tisséo car il dit avoir un affect particulier pour ce réseau de transport, qu'il a bien connu pendant sa jeunesse. Raison pour laquelle il a décidé de prendre en charge le coût des équipements durant l'expérimentation. Pour autant, les enjeux commerciaux qui découlent de cette expérimentation ont sans doute pesé quelque peu dans la balance...

"C'est l'un des plus beaux réseaux de transport au niveau national, qui est en pleine mutation puisque Toulouse est une ville très dynamique. Flowly trouve donc toute sa place dans la Ville rose puisque la fréquentation du réseau Tisséo évolue constamment. Ce serait une très belle référence si l'on pouvait travailler avec le réseau toulousain à l'issue de cette phase d'expérimentation", se réjouit Julien Tenenbaum.

Après trois ans d'activité, Flowly compte dix collaborateurs chargés d'améliorer les algorithmes de l'interface logicielle qui servira aux équipes de Tisséo. Inspirés par la crise sanitaire, ils s'affairent d'ailleurs à développer un système qui prendra en compte l'affluence dans les transports pour améliorer les calculateurs d'itinéraires des opérateurs comme Tisséo. Doucement mais sûrement, les bus toulousains virent donc dans le 2.0. Affaire à suivre...

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.