À Toulouse, Ascendance Flight développe un avion hybride avec décollage vertical

 |   |  726  mots
Ascendance Flight Technologies présente son appareil ATEA, développé à Toulouse, comme une alternative à l'hélicoptère.
Ascendance Flight Technologies présente son appareil ATEA, développé à Toulouse, comme une alternative à l'hélicoptère. (Crédits : Ascendance Flight Technologies)
Implantée depuis peu à Toulouse, la startup Ascendance Flight Technologies développe un petit aéronef hybride dans un premier temps, tout électrique, capable de décoller à la verticale. Porté par quatre anciens ingénieurs d'Airbus qui ont travaillé sur le projet E-Fan, l'avion ATEA devrait faire une démonstration grandeur nature à l'occasion des JO de Paris, en 2024. Pour atteindre cet objectif, plusieurs dizaines de recrutements sont prévus dans la Ville rose.

Le plan de relance national dédié à la filière aéronautique, mais aussi le plan Ader de la Région Occitanie, accordent une importance toute particulière à l'innovation et à l'avion décarboné, en réponse à la crise de la Covid-19. C'est donc sur cette vague qu'entend surfer la jeune entreprise Ascendance Flight Technologies. Créée en 2018, cette startup est portée par quatre anciens ingénieurs d'Airbus, qui ont exercé au sein du projet E-fan de l'avionneur, un petit transporteur électrique.

Lire aussi : Aéronautique : formation, avion vert et protectionnisme... Ce que contient le plan Ader pour la filière d'Occitanie

"Nous ne réutilisons pas le patrimoine d'Airbus, nous sommes sur un nouveau projet. Au fil du temps, nous avons pris conscience que certaines technologies pouvaient avoir un impact sur l'aéronautique, en lien avec l'écologie. Nous espérons ainsi apporter notre pierre...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/07/2020 à 18:29 :
il faudrait plutôt peu d'avions mais très gros, bien remplis et conçus uniquement pour aller loin, il faudrait que la plupart des liaisons continentales puisse être assurées par le train et surtout il faudrait concéder plus de temps aux déplacement. Malheureusement ce schéma ne fait pas rêver et est contradictoire avec les fondamentaux de ce genre de start-up qui sont de développer l'avion en multipliant les points de charge.
a écrit le 16/07/2020 à 14:38 :
Avec un moteur thermique à haute technicité peu gourmand et performant pour compléter c'est une très bonne idée à lancer en effet.

Le décollage vertical lui mine de rien ferait beaucoup de bien si tous les avions en étaient équipés permettant de ne pas ensevelir ces millions d'hectares de terres cultivables sous le goudron et le béton.

Ce sont en tout cas d'excellentes raisons de se lancer dans ce projet à qui on ne peut que souhaiter un franc succès.
a écrit le 16/07/2020 à 8:44 :
Le décollage vertical, cela fait 75 ans qu'on en parle pour les militaires, les longues pistes bétonnées pour les appareil à réaction étant jugées trop vulnérables. Et cela fait aussi 75 ans qu'on s'en passe, parce que cela coûte très cher, et va de pair avec une détérioration des performances, et réduit en particulier le rayon d'action. A part les Américains, pour leurs Marines, plus personne ne s'en équipe. Et les avions civils ont fait beaucoup de progrès pendant ce temps, ils se posent par exemple dans les docks de Londres, et n'ont plus besoin des pistes de plus de 4 kilomètres de l'époque des premiers Boeing. Alors, la pertinence commerciale d'un avion électrique à décollage vertical...
a écrit le 16/07/2020 à 2:57 :
Ces strartups sont séduisantes mais ne sont que des pompes à subventions qui s'éteignent quand la réalité apparaît au grand jour. On prend toujours comme alibi des ingénieurs d' un constructeur bien connu, une jolie maquette, et comme pour le sea bubble , quand on voit la fin des subventions on vend. Si ces projets étaient viables, Airbus , les aurait déjà mis en oeuvre. Mais je peux me tromper, on verra !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :