Une chaire créée à Toulouse pour étudier intelligence artificielle et maintenance prédictive

 |   |  605  mots
Continental compte sur la maintenance prédictive pour réduire le taux de panne, notamment sur la fabrication de cartes électroniques.
Continental compte sur la maintenance prédictive pour réduire le taux de panne, notamment sur la fabrication de cartes électroniques. (Crédits : Andreas Gebert)
À l'occasion de la création de l'institut d'intelligence artificielle de Toulouse, une chaire de recherche portant sur l'IA et la maintenance prédictive a été lancée. L'équipementier Continental a ouvert sa porte aux scientifiques pour réduire les pannes dans la production.

Le zéro panne, c'est le rêve caressé par beaucoup d'industriels. À quel point l'intelligence artificielle pourra-t-elle permettre d'atteindre cette ambition ? Pour y répondre, une chaire vient d'intégrer le programme Aniti, le nouvel institut interdisciplinaire d'intelligence artificielle de Toulouse. Baptisée Diagnosis, cette unité est menée par Louise Travé-Massuyes, directrice de recherche au Laas-CNRS avec la participation de scientifiques de l'Onera et de Continental. À l'occasion d'un événement organisé par le collectif Toulouse is AI à TBS le 17 septembre, les porteuses du programme de recherche en ont détaillé les enjeux.

"Aujourd'hui, 71% des tâches de travail sont réalisées par l'homme et 29% par la machine. On estime que d'ici 2025, avec notamment l'essor de l'intelligence artificielle, la tendance va s'inverser pour atteindre 48% par l'homme et 52% la machine. Cela va introduire une hybridation entre l'homme et la machine pour anticiper les tâches de manière plus efficace", alerte Louise Travé-Massuyes.

L'un des espoirs portés par l'intelligence artificielle est de permettre l'essor d'une maintenance prédictive.

"Elle se distingue de la maintenance curative qui va...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :