Toulouse attire une star américaine de l'intelligence artificielle

 |   |  1290  mots
César Hidalgo quitte le MIT pour Toulouse et son projet Aniti.
César Hidalgo quitte le MIT pour Toulouse et son projet Aniti. (Crédits : Rémi Benoit)
L'institut de recherche en intelligence artificielle de Toulouse aura à la tête d'une de ses chaires César Hidalgo, venu du prestigieux MIT aux États-Unis. Le chercheur va en profiter pour installer sa société de datavisualisation dans la Ville rose. Dans un entretien exclusif à La Tribune, il explique son choix et les thèmes de recherche qu'il va engager dans les prochains mois.

Le foot a son mercato, la recherche aussi. Cinq mois après avoir décroché son institut d'intelligence artificielle, Toulouse est en plein recrutement des chercheurs qui composeront les 22 chaires du projet Aniti. Selon nos informations, la Ville rose a réussi à attirer un spécialiste de l'intelligence artificielle venu du prestigieux MIT (Massachusetts Institute of Technology) aux États-Unis. César Hidalgo, originaire du Chili, dirigeait le "Collective learning group" du MIT Media Lab. Ses travaux académiques ont été publiés dans de grandes revues (Nature, Science, Pnas) et son dernier livre a été traduit dans dix langues. Nous l'avons rencontré à Toulouse.

La Tribune : Pourquoi avoir choisi de quitter le MIT pour Toulouse ?

César Hidalgo : Je suis arrivé aux États-Unis en 2004 pour mon doctorat et j'y ai vécu pendant plus de 15 ans. Quand vous êtes jeune, cela peut être intéressant de travailler dans un lieu prestigieux comme le MIT. Mais au bout d'un moment, vous n'avez plus envie de dépendre de cette marque connue mais de construire de nouvelles places prestigieuses et d'être valorisé pour le contenu de vos recherches. Venir ici dans un institut complètement nouveau comme Aniti est un vrai challenge pour moi. En dehors de Toulouse, pour l'instant personne ne connaît Aniti et je veux aider à ce que ce ne soit plus le cas et en faire une institution mondiale.

Que connaissiez-vous de Toulouse ?

J'avais beaucoup entendu parler de Toulouse par l'un de mes meilleurs amis qui est l'économiste Pierre-Alexandre Balland (ce dernier a fait sa thèse à Toulouse et enseigne aujourd'hui à l'université d'Utrecht aux Pays-Bas ainsi qu'au MIT, ndlr). Je connaissais bien sûr Airbus mais aussi Thales avec qui j'ai travaillé dans le cadre du MIT pendant plusieurs années. Ensuite, quand je suis venu dans la ville, j'ai rencontré les membres du projet Aniti et j'ai trouvé des personnes très curieuses et qui évoluent dans un environnement plus collaboratif que ce que j'ai connu au MIT. Je pense qu'il y a dans cette ville de bonnes conditions pour mener mes recherches et développer une communauté de chercheurs qui se soutiennent dans leur travail. Les universités comme le MIT sont remplies de stars mais il manque une galaxie.

Vous allez diriger une chaire dédiée à la société augmentée. Pouvez-vous donner des exemples de thèmes qui seront traités ?

Pendant des années j'ai cherché à savoir comment une société apprend à l'échelle d'un pays. J'ai construit des outils pour visualiser les données de cet apprentissage collectif avec aussi de l'intelligence artificielle et du big data. Je pense que nous sommes à l'aube d'une transformation globale dans laquelle nous aurons de nouveaux outils pour repenser la manière dont nous sommes gouvernés : ce que cela veut dire être citoyen, comment on participe à la vie politique.

Lors d'une participation à une conférence Ted (voir vidéo ci-dessous), vous avez esquissé une nouvelle forme de démocratie en s'appuyant sur des algorithmes. Comment l'intelligence artificielle pourrait-elle aider à repenser la politique ?

Dans la démocratie actuelle, les citoyens élisent des représentants qui vont véhiculer leurs opinions dans un parlement. Mais cette forme de gouvernance a des effets pervers. Les représentants passent énormément de temps à se bagarrer pour des postes. Ensuite, la démocratie directe est une belle idée mais dans un contexte où les citoyens peuvent tous se rencontrer, ce qui n'est pas possible à l'échelle d'un pays de plusieurs dizaines de millions de personnes. Par ailleurs, les habitants sont trop occupés dans leur vie quotidienne pour participer à la vie publique. L'idée de la démocratie augmentée est de générer un système à l'aide de l'intelligence artificielle où chaque citoyen à son propre agent virtuel chargé de le représenter pour prendre des décisions.

Mais comment une intelligence artificielle peut-elle coller aux opinions politiques d'un citoyen ?

La première chose est de collecter des données privées que le citoyen accepte de partager avec le système pour entraîner son avatar. À chaque fois, l'utilisateur peut corriger les prédictions de vote de l'agent virtuel afin qu'il s'améliore. Et je ne pense pas que deviner les opinions politiques d'une personne soit impossible. Si je sais qu'une personne fait du vélo et poste sur les réseaux fréquemment des articles sur les questions environnementales ou les inégalités de genre, je vais pouvoir deviner ses positions politiques. Si une personne poste régulièrement des éléments sur la sécurité, la nécessité de protéger le business du gouvernement, je pourrais en déduire des opinions. Plus le montant de données est important, et plus la prédiction sera nuancée.

Vous avez également fondé une société baptisée Datawheel. Pouvez-vous la présenter et aura-t-elle également une antenne à Toulouse ?

Datawheel est une société spin-off du MIT fondée en 2013 et spécialisée dans la création de plateformes pour intégrer et visualiser de larges volumes de données. L'un des projets menés par notre entreprise est Data USA qui est devenu l'outil n°1 pour visualiser les données publiques (issues du recensement, des collectivités, de bulletins économiques, d'atlas, etc). Ces données sont exprimées à travers une narration réalisée de manière semi-algorithmique pour donner un aperçu rapide d'une thématique. Nous sommes 25 personnes aujourd'hui à Datawheel, réparties entre les États-Unis et le Chili où nous nous sommes lancés en 2016.

data usa

Data USA est un outil de visualisation des données. (Crédits : Data USA)

Comme je m'installe à Toulouse, de fait le nouveau siège social de Datawheel y sera aussi implanté. J'ai envie d'y installer une antenne et j'ai invité mes collaborateurs aux États-Unis et au Chili à me rejoindre. Les deux cofondateurs sont déjà venus pour visiter. Nous allons aussi bien sûr embaucher des talents locaux.

Dans un article publié au sein de la revue Nature, vous avez présenté un outil baptisé Pantheon qui permet d'estimer la réputation des figures historiques de chaque pays à travers le temps à partir de big data. Comment cela fonctionne-t-il ?

En France par exemple des personnalités comme Voltaire ou Descartes sont connues dans le monde entier. J'avais envie de mesurer cet export culturel. Nous avons créé une collection de plusieurs dizaines de milliers de biographies Wikipédia dans 15 langues. Nous avons réalisé des outils pour organiser ces données et classer les figures qui se sont le plus exportées par pays mais aussi par spécialité (littérature, physique, chimie, etc).

Mais le plus intéressant est de regarder comment ces classements évoluent à travers l'histoire. Les moyens de communication ont changé cette exportation culturelle. Avant l'écriture, en Europe figuraient beaucoup d'artistes. Mais après la généralisation de l'écriture, il s'agissait davantage de mathématiciens ou d'astronomes. Cela permet de savoir quel type de personnalité est reconnu et dans quelle partie du monde.

pantheon

L'outil Pantheon permet de connaître les figures historiques les plus célèbres par pays. (Crédits : Pantheon).

Dans votre dernier livre "Why information grows", vous expliquez que la puissance d'une économie est directement liée au poids de ses connaissances...

L'idée principale du livre est que les transformations économiques impliquent des informations non seulement exprimées par des mots mais parce que ces connaissances permettent la création d'objets utiles à la société. Vous pouvez apprendre beaucoup d'un pays en regardant ce qu'il connaît. Les économies qui ont un développement important et durable sont celles qui sont capables de produire des objets que tout le monde veut mais que peu savent faire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2019 à 18:48 :
"et d'être valorisé pour le contenu de vos recherches"

et l'humilité tu en fais quoi.

tu ferais mieux de glorifier Dieu pour les dons qu'Il t'a donné.

quelle ingratitude.
a écrit le 10/09/2019 à 12:35 :
Envisage t-il de collecter les données privées que les citoyens français acceptent de partager pour un éventuel projet "Data France" (par exemple) qu'il intégrera dans sa Société Datawheel? Vu que le nouveau siège social de Datawheel sera implanté à Toulouse.
a écrit le 09/09/2019 à 6:02 :
Cet homme la est dans l’air du temps! Notre société Française n’a pas encore compris! Nous fonctionnons comme au 19eme siècle. L’information, les méta-données , leur analyse produiront la valeur ajoutée et démocratique de demain. Ce ne sont plus des multinationales monopolistiques (Preuve que le capitalisme) est mort!) Et qui pensent produire pour les masses de mauvais produits ( industriels et agriculture) comme sous Taylor, mais l’homme comme individu qui va revenir au centre de tout par son accès a l’information! Pour faire simple: l’artisan et son talent propre pourra créer, produire ( imprimantes 3D) et exporter dans le monde entier( stes logistiques comme ebay, Amazon etc...) vers un client a l’autre bout de la planète qui sera attiré par ce créateur! Et nous n’avons pas besoin d’un « Grand-Paris » et ses moyens « Mamouthesques »a 100 Mds€! pour créer de la valeur. De la même manière, ce devrait ce même individu qui partagerait sa contribution fiscale comme il lui plaira, vers les biens communs qui jugera essentiels, et non les Politiciens minoritaires qui décideront pour la masse des contribuables de budgets démagogiques, inefficaces et non pertinents . Etc, etc. La revolution de l’information ne fait que commencer!
a écrit le 09/09/2019 à 6:02 :
Cet homme la est dans l’air du temps! Notre société Française n’a pas encore compris! Nous fonctionnons comme au 19eme siècle. L’information, les méta-données , leur analyse produiront la valeur ajoutée et démocratique de demain. Ce ne sont plus des multinationales monopolistiques (Preuve que le capitalisme) est mort!) Et qui pensent produire pour les masses de mauvais produits ( industriels et agriculture) comme sous Taylor, mais l’homme comme individu qui va revenir au centre de tout par son accès a l’information! Pour faire simple: l’artisan et son talent propre pourra créer, produire ( imprimantes 3D) et exporter dans le monde entier( stes logistiques comme ebay, Amazon etc...) vers un client a l’autre bout de la planète qui sera attiré par ce créateur! Et nous n’avons pas besoin d’un « Grand-Paris » et ses moyens « Mamouthesques »a 100 Mds€! pour créer de la valeur. De la même manière, ce devrait ce même individu qui partagerait sa contribution fiscale comme il lui plaira, vers les biens communs qui jugera essentiels, et non les Politiciens minoritaires qui décideront pour la masse des contribuables de budgets démagogiques, inefficaces et non pertinents . Etc, etc. La revolution de l’information ne fait que commencer!
a écrit le 06/09/2019 à 17:36 :
super content. Les Toulousains sont très forts. J'espère beaucoup de la galaxie Toulousaine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :