Voiture autonome : EasyMile poursuit sa route à Toulouse

 |   |  663  mots
Pendant plusieurs mois, la navette autonome a été testée en périphérie de Toulouse, à Pibrac.
Pendant plusieurs mois, la navette autonome a été testée en périphérie de Toulouse, à Pibrac. (Crédits : Rémi Benoit)
La jeune entreprise toulousaine EasyMile a récemment annoncé qu'elle allait prochainement lancer une troisième expérimentation de navette autonome à Toulouse. Après Pibrac et le centre-ville toulousain, place désormais à l'Oncopole. Le directeur des opérations (COO), Benoit Perrin, dévoile les contours de cette nouvelle ligne et les prochains projets de la jeune pousse.

Après avoir testé ses navettes autonomes (sans chauffeur) à Pibrac en 2017, puis sur les allées Jules-Guesde à Toulouse l'an passé, l'entreprise toulousaine EasyMile compte faire une troisième expérimentation. La navette, d'une capacité de transport de 12 personnes, dont six places assises, permettra aux patients et visiteurs de parcourir à son bord le long trajet entre l'Oncopole et son parking. Seulement, aucune date de lancement n'est pour le moment fixée. Néanmoins, du côté des institutions une réunion de travail est prévue le 19 juin à ce sujet.

"C'est encore en discussion avec la Métropole de Toulouse, mais nous allons essayer de la mettre en place cette année. Cela demande du temps car l'expérimentation est progressive, avec une complexité de plus en plus importante. Pour la bonne tenue de la ligne expérimentale sur l'Oncopole, il est nécessaire de faire des aménagements sur les carrefours de circulation concernés, avec notamment la mise en place de feux de circulation connectés", explique Benoit Perrin, le COO d'EasyMile.

De tels travaux dans le cadre d'une expérimentation de véhicule autonome serait une première dans la Ville rose, car les deux premiers tests ont eu...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/06/2019 à 19:57 :
Pourquoi ne pas imaginer ces navettes en circulation sur des voies dédiés, par exemple sur le périph... ainsi, ces véhicules pourraient se rendre de Orly à CDG en direct, ou aller de gare routière intermédiaire en gare routière intermédiaire. Ces véhicules autonomes pourraient se déplacer les uns derrière les autres en fonction de la demande.
Le principe de "gare routière" permettraient de sécuriser les passagers... non ?
Pour Lyon, une navette centre-ville/ Aéroport st exupéry, avec une voie dédiée sur le tronçon autoroutier, permettraient également une bonne desserte des aéroport et gares...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :