Intelligence artificielle : Toulouse obtient son institut 3IA

 |   |  607  mots
Toulouse est une nouvelle place forte de l'intelligence artificielle.
Toulouse est une nouvelle place forte de l'intelligence artificielle. (Crédits : CC0 Creative Commons/Pixabay)
Après plusieurs semaines d'attente, le verdict est tombé. Le projet ANITI de Toulouse porté par plus de 200 partenaires publics et privés obtient son institut 3IA. Cet institut sera concrètement lancé à "l'automne".

Après les échecs pour obtenir le label IDEX, puis l'IHU, le tissu scientifique de Toulouse enregistre enfin un succès ! Par communiqué, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal, vient d'annoncer que la Ville rose, avec son projet ANITI, obtient son institut interdisciplinaire d'intelligence artificielle (3IA). Il était en concurrence avec les projets de Nice, Grenoble et Paris pour son obtention, découlant sur des dizaines de millions d'euros de financements publics.

Lire aussi : Toulouse présélectionnée pour créer un centre d'intelligence artificielle

"À l'issue de l'examen du projet détaillé de chacun de ces sites, le jury international présidé par Mme Aude Billiard, Professeur à l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne, a recommandé au comité de pilotage du programme 3IA la labellisation définitive de ces quatre projets en l'assortissant de recommandations portant notamment sur les spécialités et thèmes à privilégier sur chaque site", précise la ministre.

Ces quatre pôles sont donc labélisés pour une période de quatre ans (renouvelable), assortie d'un financement minimal au titre du programme prioritaire de recherche du Programme d'investissements d'avenir 3 (PIA3), qui mobilisera 75 millions d'euros. Néanmoins, le jury mènera une évaluation à deux ans et le financement sera susceptible d'être ajusté à l'issue de celle-ci. "Cette étape des deux ans pourrait être un véritable tournant dans l'avenir du projet", estime l'Université fédérale de Toulouse.

Lire aussi : Comment Toulouse veut devenir un leader de l'intelligence artificielle

Installation prévue à Rangueil et au B612

Pour rappel, cette initiative fait suite à l'appel à manifestation d'intérêt initié par le député et mathématicien Cédric Villani, qui plaidait dans son rapport sur l'IA, publié en mars 2018, pour la création d'"un réseau de recherche d'excellence". Et pour être certain de sortir vainqueur de ce concours, le projet toulousain possédait une particularité.

Elle mise sur l'IA hybride. Alors que les Gafa prônent le deep learning et le machine learning, des approches très performantes mais dont les résultats sont peu robustesToulouse est l'un des seuls pôles universitaires en France à mener des recherches sur l'IA hybride. Il s'agit de construire des règles via une IA symbolique pour rendre les résultats stables tout en intégrant la puissance de calcul du deep learning.

Maintenant que le label est obtenu, l'institut 3IA toulousain entrera concrètement en fonctionnement d'ici l'automne, voire à la rentrée universitaire. Les équipes d'ANITI prendront place au sein de la Maison de la recherche et de la valorisation installée sur le campus scientifique de Rangueil, ainsi qu'au coeur du B612. L'épaisseur de son effectif dépendra néanmoins du nombre de chaires que Toulouse obtiendra dans le cadre de cette démarche. La Ville rose en espère 33 mais des discussions sont toujours en cours avec le ministère à ce sujet. "Nous avons la coquille, mais nous devons construire l'intérieur désormais. Ces chaires sont le nerf de la guerre", prévient-on du côté de l'Université fédérale.

Lire aussi : ANITI : "Le début d'un nouveau cycle"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :