Toulouse s'interroge sur l'éthique des sciences

 |   |  621  mots
La chaire étudiera notamment l'impact de la robotique sur la santé.
La chaire étudiera notamment l'impact de la robotique sur la santé. (Crédits : Reuters)
Robots médicaux, voitures sans chauffeur, biotechnologies... Les nouvelles technologies soulèvent nombre de questions éthiques. Face à ces enjeux, l'Université fédérale de Toulouse vient d'annoncer la création d'une chaire Unesco baptisée "Éthique, science, société". Décryptage.

"Pour une science ouverte et responsable", voilà le titre de la conférence inaugurale de la chaire "Éthique, science, société" qui se tiendra le 13 juin prochain dans la Ville rose. Cet intitulé résume la vocation de ce nouvel espace de réflexion porté par l'Université fédérale de Toulouse.

"Il ne s'agit pas d'une chaire bioéthique, centrée exclusivement sur les enjeux de santé mais de voir globalement les questions éthiques soulevées par l'innovation technologique", indique Emmanuelle Rial-Sebbag, responsable de la chaire Unesco et directrice de recherche rattachée à l'unité épidémiologie et santé publique de l'Inserm.

OGM, big data et médiation scientifique

Quatre thèmes de recherche y seront alors déclinés.

"Le premier sujet est l'éthique des nouvelles technologies en santé avec par exemple toutes les questions autour de l'édition du génome. Ensuite, les recherches de la chaire vont aussi s'intéresser au numérique et à la robotique. La digitalisation, l'intelligence artificielle et le big data ont des impacts sur la santé, notamment au niveau des données médicales. Le troisième thème concerne les liens entre biotechnologies et l'environnement. Cela peut être les OGM mais...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2019 à 16:19 :
Une science n'a pas d'éthique puisque en quête de vérité elle ne peut pas s'adosser à un dogmen c'est grotesquen le chercheur est là pour trouver et pour rien d'autre c'est son but.

Par contre la science est orientée soit pas les états à une époque soit dorénavant pas des actionnaires milliardaires privés aux idées de plus en plus illuminées.

Donc la science entre des mains de gens sains et intelligents sera vertueuse mais celle possédée par des milliardaires aliénés par leur avidité (plus on possède et plus on est possédé) sera comme actuellement vicieuse car seulement dirigée pour l'intérêt de quelques uns.

Et bizarrement la planète et l'humanité n'ont jamais été autant en danger.

Donc pour la science à fond et dans toutes les directions, mêmes les pires, mais avec des gens éclairés à sa tête et seulement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :