Biotechs : à Toulouse, la difficile émergence des startups de la santé

 |  | 1521 mots
Comment financer une startup santé ?
Comment financer une startup santé ? (Crédits : Rémi Benoit)
Le passage du laboratoire à la création d'entreprise est souvent difficile pour un chercheur qui souhaite commercialiser une innovation. Dans le secteur de la santé, en effet, les investisseurs sont encore peu nombreux et très regardants sur le potentiel commercial de la découverte. Quelles sont les biotechs toulousaines qui réussissent ? Comment séduire un capital-risqueur ? Décryptage.

Cerenis Therapeutics, société toulousaine de biotechnologies, a réalisé l'une des plus belles entrées en bourse depuis 10 ans en levant cette année 53,4 millions d'euros. Spécialisée dans le traitement des maladies cardio-vasculaires, l'entreprise est née à Labège en 2005 et fait figure d'exemple dans le monde des biotechs. Pourtant, elle prévoit de ne réaliser son premier chiffre d'affaires qu'en 2018. "Nous n'avons bénéficié d'aucune aide, d'aucun local, d'aucun soutien", revendique son président Jean-Louis Dasseux. Cette "success story" est l'exception qui confirme la règle à Toulouse. En effet, Cerenis Therapeutics est l'une des trois biotechs locales à être cotée en bourse avec Genticel (qui développe des vaccins contre les virus du papillome humain) et Vexim (chirurgie du dos). Pour beaucoup d'autres, trouver des financements et développer son activité relève du parcours du combattant.

Du laboratoire à la startup, la "traversée du désert"

Sept startups sont actuellement hébergées dans la pépinière d'entreprises du Centre Pierre Potier, sur le site de l'Oncopole. Particularité de ce site financé par Toulouse Métropole : il accueille des startups en biotechnologies dont certaines sont issues de l'ITAV (Institut des technologies avancées en sciences du vivant), qui est situé... de l'autre coté du couloir, dans le même bâtiment. En effet, le principe de cette pépinière est de rapprocher en un même lieu un laboratoire et des entreprises, dans un esprit d'entraide et de mutualisation des moyens. L'ITAV est dirigé par Bernard Ducommun, qui constate les difficultés des chercheurs pour passer de la recherche en laboratoire à la commercialisation de leurs innovations (voire à la création d'entreprise) :

"Les biotechs sont des sociétés fragiles, qui demandent énormément d'investissements pour leurs travaux de recherche avant même de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :