Projet "Captor", 10 M€ pour la lutte contre le cancer

 |   |  300  mots
Guy Laurent, coordonnateur du projet Captor
Guy Laurent, coordonnateur du projet Captor
Élus et universitaires ont lancé mercredi 9 janvier le lancement du projet Captor : Cancer Pharmacology of Toulouse Oncopole&Region. Retenu dans le cadre des Investissements d'avenir, le projet bénéficiera d'un financement de 10 M€ sur 5 ans.

Labellisé en mars 2012, le projet Captor, porté par l'Université Paul Sabatier, réunit le CHU de Toulouse, l'Institut Claudius Régaud, l'Inserm et le CNRS. L'objectif est de mettre au point de nouveaux médicaments contre le cancer, autour de 4 axes : innovation, recherche clinique, pharmacologie sociale et éducation. L'idée est donc de chercher de nouvelles molécules, de tester leur efficacité de manière clinique et d'en étudier les conséquences sociales. Tous ces objectifs nécessitent une meilleure formation dans les différents domaines.

"Captor est le symbole de tout ce qui a été entrepris depuis une décennie à Toulouse en matières de lutte contre le cancer, a insisté Pierre Cohen, président de Toulouse Métropole et de l'association Oncopole. L'important est de créer une dynamique avec le monde industriel", notamment les laboratoires Pierre Fabre et Sanofi, déjà présents sur le site.

Pour Guy Laurent, coordonnateur du projet, Captor "bénéficie de nombreux atouts régionaux. Nous avons les outils avec l'Institut universitaire du cancer (IUC), le Centre de recherche en cancérologie de Toulouse (CRCT), les partenaires industriels... Et la qualité des travaux scientifiques, avec des publications importantes, a également joué en notre faveur pour la labellisation." Le projet bénéficiera en effet d'un financement de 10 M€ dans le cadre des Investissements d'avenir.

Alors que l'Oncopole est en train de prendre forme, le projet Captor permet de relancer une structure importante dans l'ambition de la métropole toulousaine. Le bâtiment de l'IUC, qui comporte une partie soins (CHU et Institut Claudius Régaud) et une partie recherche (Inserm, CNRS et Université Paul Sabatier) doit être livré en juillet 2013. Les premiers patients seront accueillis sur le site à partir de décembre 2013 ou janvier 2014.

Paul Périé
© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :