La (nouvelle) French Tech Toulouse dévoile sa stratégie

 |   |  598  mots
Sandrine Jullien-Rouquié, présidente de la French Tech Toulouse (au centre), entourée des 8 entrepreneurs toulousains qui impulsent l'association au quotidien.
Sandrine Jullien-Rouquié, présidente de la French Tech Toulouse (au centre), entourée des 8 entrepreneurs toulousains qui impulsent l'association au quotidien. (Crédits : DR)
La French Tech Toulouse a présenté, lundi 20 janvier, son plan d'action pour 2020. Les 9 entrepreneurs membres fondateurs se sont réunis autour de leur tout nouveau directeur délégué, Alexis Janicot, pour exposer les actions spécifiques de l'association en faveur des startups toulousaines ainsi que les programmes d'envergure nationale déployés dans la Ville rose. Décryptage.

Pour cette année 2020, l'association French Tech Toulouse redéfinit ses orientations autour de thématiques et projets destinés à connecter les startups entre elles, accélérer leur développement, fédérer l'écosystème et faire rayonner la Ville rose qui fait partie des 13 villes de France à bénéficier du label French Tech. Suite à ce renouvellement de label, la French Tech Toulouse a connu un remaniement. Sa gouvernance est dorénavant portée par neuf entrepreneurs toulousains.

Tout d'abord, l'association va créer un observatoire de startups dont le rôle sera de récupérer des données clés (chiffre d'affaires, nombre d'emplois, secteur d'activité, levées de fonds, etc) sur les jeunes pousses afin de mettre en exergue les différents profils existants et fournir les informations aux startups entre elles, ainsi qu'aux porteurs de projets, collectivités, etc. Le but est d'observer l'exhaustivité des startups toulousaines afin de mieux les accompagner ainsi que de favoriser ou développer des financements et formations dans certains domaines. Les premiers résultats de cet observatoire seront diffusés dès le 1er trimestre 2020.

L'association souhaite également aider les jeunes entreprises à développer les volets international et financement. Pour l'heure, elle a pour idée de mesurer la performance (montant des levées de fonds, recrutements, etc) grâce à un indicateur local. La réalisation d'une cartographie où sont répertoriés, par domaine, les différents fonds d'investissement est également en cours de réflexion.

Quatre programmes pour accompagner au mieux

En parallèle, la French Tech Toulouse continuera le déploiement des programmes nationaux sur le territoire. Le plus récent, est le French Tech Tremplin. Lancé en décembre dernier, ce dernier vise à offrir la possibilité à cinq entrepreneurs issus de tous les milieux sociaux (réfugiés, personnes issues des quartiers prioritaires, étudiants boursiers, etc) d'intégrer l'écosystème.

Lire aussi : La French Tech Toulouse lance son programme "Tremplin"

"Nous allons également déployer le French Tech Central qui permet aux startups de rencontrer les services publics, ce qui n'a pas toujours été facile, afin d'échanger autour des besoins en terme de modifications de conditions réglementaires par exemple. Il sera lancé dans les prochaines semaines", détaille Sandrine Jullien-Rouquié, présidente de la French Tech Toulouse.

Lire aussi : French Tech Toulouse : Sandrine Jullien-Rouquié veut "fédérer l'écosystème pour penser collectif"

Les programmes Visa, qui a pour objectif d'attirer des talents de nationalités étrangères à Toulouse tout en facilitant leur arrivée, et Bourse, une subvention d'un montant de 30 000 euros pour financer les premières dépenses de projet de création d'entreprise, font également partie du plan d'action de la French Tech Toulouse en 2020.

Un nouveau directeur délégué

Afin de mener à bien ces missions, l'association toulousaine bénéficie d'un budget de fonctionnement de 200 000 euros par an. Dans les années à venir, 50 % de cette somme proviendra des collectivités locales (Sicoval, Région Occitanie, Toulouse Métropole et l'État) et 50 % de financements privés. Par ailleurs, l'association a lancé, lundi 20 janvier, un programme d'adhésion et de cotisation de membres.

Cette présentation, lundi 20 janvier, a été marquée par la présence d'Alexis Janicot, le nouveau directeur délégué de French Tech Toulouse depuis le 20 novembre. Âgé de 33 ans, il a été associé à la création d'un FabLab professionnel et d'un accélérateur de startups dans le domaine de l'éducation.

Lire aussi : French Tech Toulouse : Sandrine Jullien-Rouquié veut "fédérer l'écosystème pour penser collectif"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :