PME et structures de recherche publique, deux mondes qui s'ignorent ?

 |   |  558  mots
(Crédits : Rémi Benoit)
D'après une enquête de la CCI de Toulouse et de la CCI de Midi-Pyrénées, les PME et le milieu de la recherche s'ignorent. Une méconnaissance qui les empêche d'innover.

Quelles relations entretiennent les PME de Midi-Pyrénées avec les structures de recherche publique (telles que le CNRS ou l'Inra, par exemple) et qu'en attendent-elles ? Pour répondre à ces questions, les CCI de Toulouse et de Midi-Pyrénées ont enquêté auprès de 263 entreprises de la région (l'an dernier, l'étude s'était limitée à une centaine de sociétés de Haute-Garonne).

"Nous nous rendons compte que les grands groupes et les ETI ont de bonnes relations avec les structures de recherche, mais pas les PME / PMI, constate Alain Costes, vice-président de la commission Innovation, recherche, enseignement supérieur, relations pôles de compétitivité à la CCI de Toulouse. Notre travail est de comprendre les freins grâce à cette enquête."

Des entreprises qui innovent...

Sur le panel de 263 sociétés, 232 sont des PME et 50 % ont moins de 10 salariés. Ingénierie et bureau d'étude (27 %), électronique et TIC (17 %), BTP (17 %), Agroalimentaire et développement durable (11 %), Aéronautique (11 %), Automobile (8 %) et biotechnologie (7 %), la plupart des secteurs de l'industrie régionale y est représentée.

Premier enseignement de l'enquête, 75 % des entreprises du panel déclarent faire de l'innovation technologique (86 %), de service (33 %), sociale ou sociétale (13 %), ou organisationnelle (10 %). La majorité de ces 196 entreprises "innovantes" compte poursuivre la démarche R&D dans les 5 ans à venir.

Pour celles-ci, collaborer avec une structure de recherche publique permet de développer un nouveau produit pour rester compétitif et accéder à des compétences non disponibles en interne.

Au contraire, parmi les 67 entreprises "non innovantes", 67 % n'ont pas l'intention d'engager une telle démarche dans les années à venir. L'absence de personnel qualifié semble constituer un frein car les deux tiers de ces entreprises indiquent "ne pas disposer des ressources nécessaires d'encadrement". En général, celles-ci ne savent pas à qui s'adresser ou comment mettre en place une collaboration avec un organisme de recherche.

... mais qui souffrent d'un manque d'information

Qu'elles soient innovantes ou non, les entreprises semblent peu connaître l'écosystème de la recherche en Midi-Pyrénées. "Un tiers des entreprises ne connaît aucune structure et seulement 34 % des entreprises innovantes en connaissent dans la région", déplore l'étude.

Même constat pour les modes de financements.

"Il n'y a jamais eu autant de financements de l'innovation, mais cela est d'une telle complexité que les petites entreprises n'en bénéficient pas", remarque Alain Costes.

Si le crédit impôt recherche est connu de la majorité, les autres dispositifs tels que les conventions Cifre (pour les doctorants), les crédits impôts innovation et les contrats d'appui région restent méconnus pour plus d'une entreprise innovante sur deux et pour moins de 20 % des non-innovantes.

"Les CCI et les collectivités ont mis en place une multitude de structures pour faire le lien entre les entreprises et les structures de recherche, mais elles ne sont pas connues, reconnaît Alain Costes. Cela force à la modestie. Nous devons encore travailler pour que les entreprises nous fassent confiance."

Et de conclure : "Nous disposons d'organismes de recherche de qualité et de nombreuses sources de financements. Il y a un besoin de la part des entreprises. À nous de faire en sorte que la mayonnaise prenne pour que les petites entreprises aient accès à l'innovation." Le diagnostic est fait. Le chantier est ouvert.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :