Près de Toulouse, des masques usagés recyclés en kits scolaires

Plus de 20.000 masques usagés ont été collectés en quelques mois par la commune de Saint-Jory, au nord de Toulouse. La société Plaxtil s'est ensuite chargée de les réutiliser pour fabriquer des règles, des équerres et des rapporteurs à destination des élèves de la municipalité. Un circuit d'économie circulaire qui a déjà séduit une cinquantaine de collectivités en France dont la Ville de Paris, mais aussi des industriels comme Nestlé ou Chanel.

4 mn

Les 20.000 masques usages collectés dans la commune ont été transformés en 300 kits de matériel mathématique (règle, équerre, rapporteur).
Les 20.000 masques usages collectés dans la commune ont été transformés en 300 kits de matériel mathématique (règle, équerre, rapporteur). (Crédits : Mairie de Saint-Jory)

"Les bénévoles qui ont l'habitude de ramasser les restes de McDo et des mégots sur les trottoirs de la commune nous ont alertés en mars dernier sur la présence grandissante de masques chirurgicaux usagés par terre. Nous avons commencé à réfléchir à des solutions de recyclage pour donner une seconde vie à ce type de matériel et c'est ainsi que nous avons découvert la société Plaxtil", se remémore Thierry Fourcassier, maire de Saint-Jory, commune de 6.000 habitants au nord de Toulouse.

Lancée en octobre 2019, la startup Plaxtil se destinait à l'origine au recyclage des déchets textiles (vieux vêtements, morceaux de tissus) en polymère pour remplacer le plastique. La jeune société a notamment officialisé un partenariat avec Kiabi pour faire de ces chutes de textile des cintres "recyclables à l'infini".

Une cinquantaine de collectivités en France

Avec la prolifération des masques chirurgicaux, la jeune société commence dès juin 2020 à les réutiliser pour fabriquer des ouvre-portes, des visières ou des cendriers de poche. De premières bornes de collecte de masques usagés ont été installées dans la foulée à Châtellerault (Vienne) où Plaxtil a établi son usine.

Depuis une cinquantaine de collectivités en France ont été conquises par ce circuit d'économie circulaire.

"Cela va de petites communes comme Locminé en Bretagne ou Saint-Jory en Haute-Garonne à la Ville de Paris ou le ministère de l'Économie et des Finances à Bercy. Nous travaillons aussi avec le département de la Vienne et nous avons des contacts avec le conseil départemental de la Haute-Garonne et la région Centre", énumère Olivier Civil, le cofondateur de Plaxtil.

À Saint-Jory, la municipalité a dépensé 4.300 euros dans le projet. Une vingtaine de bornes de collecte ( qui se présentent sous forme de boîtes en carton) ont été installées au printemps dernier dans les écoles, les commerces et les bâtiments municipaux. "Nous étions partis sur l'objectif de recycler 12.500 masques et finalement au début de l'été nous en avions recueilli plus de 20.000", se réjouit Thierry Fourcassier.

La collecte des bornes a été confiée à une entreprise de l'économie sociale et solidaire, l'Association nationale de réinsertion des handicapés. "Les masques sont mis en quarantaine pendant une grosse semaine. Ensuite, la barrette métallique des masques est enlevée. Dans notre usine de Châtellerault, nous les transformons de petites billes qui peuvent être injectées dans les différents moules", détaille Olivier Civil.

Plaxtil

Les masques sont transformés en des petites billes qui sont injectées dans des moules pour devenir de nouveaux objets. (Crédits : Plaxtil)

À Saint-Jory, les 20.000 masques ont permis de générer 300 kits, contenant chacun une règle, un équerre et un rapporteur, à destination de tous les élèves de CM1 et CM2 de la commune. La municipalité a également distribué des cendriers de poche sur la base de loisirs voisine. Chez certains habitants, l'engouement autour du recyclage n'est pas retombé. "Une habitante a ramené 170 masques ramassés sur l'île d'Oléron pendant ses vacances. Un ingénieur de la commune veut installer une borne à Airbus pour collecter les masques", cite le maire. Au-delà du geste citoyen, le recyclage de masques représente pour les collectivités l'intérêt de réduire les coûts de nettoyage des rues.

Une solution pour réduire le coût de traitement des déchets

L'initiative a également conquis des entreprises. Plaxtil travaille avec de grands groupes agroalimentaires ou pharmaceutiques qui cherchent à donner une seconde vie aux masques mais aussi aux équipements de protection à usage unique (blouses, charlottes, surchaussures). C'est le cas par exemple de Nestlé ou de Chanel.

"Le recyclage représente un gain écologique par rapport à l'incinération ou l'enfouissement de ces déchets avec a minima une division par trois des gaz à effet de serre. Le deuxième intérêt pour les entreprises est marketing. Le deuxième intérêt est marketing. Aujourd'hui, beaucoup de groupes mettent en place leur politique RSE et grâce à ces actions de recyclage ciblées et très opérationnelles il y a un impact direct.

Le troisième intérêt est économique. Les masques et les équipements de protection à usage unique sont considérés aujourd'hui comme des déchets banals qui peuvent être jetés dans les poubelles noires. Sauf que demain, c'est-à-dire en 2025, les coûts de transformation des déchets non recyclables seront multipliés au minimum par trois. Pour les entreprises, les coûts seront énormes et cela représente beaucoup d'argent perdu", décrit Olivier Civil.

Plaxtil prévoit d'atteindre un million d'euros pour son premier exercice en 2021 et recrute dans tous les services (commercial, RH, industrie). Soucieuse de ne pas dépendre d'un seul territoire, la jeune société envisage de créer une deuxième usine à Lille dans les Hauts-de-France et a installé sa direction commerciale à Toulouse.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 25/08/2021 à 16:38
Signaler
Bravo mais attention il faut savoir être réactif dans le milieu de l'économie circulaire en espérant que cette vague de pollution massive du fait du covid ne soit que momentanée afin de pouvoir rebondir facilement sur d'autres phénomènes polluants, i...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.